Cas surprenants de gestation pour autrui

La gestation pour autrui est un processus de procréation qui permet à beaucoup de personnes et de couples souffrant d’incapacité pour mener une grossesse à terme d’atteindre la paternité ou maternité.

Dans cette pratique, les futurs parents font appel à l’aide d’une femme qui propose de porter leur bébé. Il s’agit d’un processus complexe d’un point de vue éthique, religieux, légal et psychologique.

Des pays comme la France, l’Espagne ou l’Italie, entre autres, n’acceptent pas son application, tandis que d’autres comme les États-Unis, le Canada, la Russie ou l’Inde autorisent cette pratique.

Certains de ces pays réalisent la gestation pour autrui depuis longtemps, et au fil des années, des cas surprenants se sont produits en relation avec cette méthode. Nous vous racontons-ci dessous certains des cas les plus frappants.

Enceinte de son petit-fils

Nombreux sont les cas où une parente ou amie proche propose de porter le bébé d’une personne ou un couple qui ne peuvent pas le faire de manière naturelle. Il s’agit en général de cas de gestation pour autrui altruiste, étant donné que la motivation est essentiellement solidaire quand il s’agit d’aider un être cher.

L’histoire de Sara Connell illustre bien cette situation. Dans ce cas-ci, la mère de la mère d’intention, c’est-à-dire, la grand-mère du futur bébé avait décidé de devenir la gestatrice de son petit-fils. Elle n’avait eu aucune réticence pour assumer une grossesse à l’âge de 61 ans, du moment qu’elle rendait heureuse sa fille, Sara Connell ainsi que son beau-fils. C’est de cette manière que la souffrance du couple avait pris fin après avoir subi six traitements de FIV, le décès de jumeaux pendant un accouchement prématuré ainsi qu’un avortement.

Au Royaume-Uni, une autre femme avait décidé à 46 ans de devenir la mère porteuse de son petit-fils, conçu à partir du sperme de son fils, Kyle Casson, et des ovocytes d’une donneuse anonyme. Kyle est ainsi devenu le premier père par gestation pour autrui au Royaume-Uni à seulement 27 ans.

Ce cas avait suscité une grande polémique, puisque l’administration avait initialement insinué que le père était en réalité le frère du nouveau-né. Finalement, la filiation du bébé avait été reconnue et une procédure d’adoption avait été réalisée.

Un cas similaire s’est produit au Japon, où une grand-mère porteuse avait aidé sa fille, née sans utérus, à porter son bébé. La mère intentionnelle avait dans ce cas-ci pu apporter ses ovocytes et la fécondation avait été réalisée avec le sperme de son conjoint.

Accro à la grossesse

Tara Sawyer est une jeune britannique qui s’est définie comme une accro à la grossesse. À 37 ans, elle a déjà eu quatre enfants et a porté trois magnifiques bébés, enfants de parents homosexuels.

Elle dit adorer l’expérience de la grossesse et souhaite continuer à aider de cette façon les personnes qui en ont besoin. « Si je ne suis pas enceinte je me sens vide », dit-elle.

Carole Horlock pourrait aussi être définie comme une accro à la grossesse puisqu’elle a porté pas moins de 13 bébés pour d’autres couples, en plus d’avoir eu elle-même deux filles. À 46 ans, elle a décidé d’arrêter la gestation pour autrui pour des raisons médicales.

Finalement, on peut aussi citer un cas qui s’est produit en Israël et qui a abouti à la naissance d’un bébé deux ans après le décès de sa mère biologique.

Après une longue et difficile bataille judiciaire, le parquet général israélien avait fini par autoriser un homme à utiliser les embryons qu’il avait fait vitrifier avec sa femme avant le décès de celle-ci.

Son mari, voulant assouvir le souhait commun qu’il avait avec sa femme, avait débuté un traitement de gestation pour autrui aux États-Unis, parvenant à donner naissance à une petite fille des années après que le cancer eut pris sa femme.

3 commentaires

  1. avatar
    claire741

    Ma grossesse a été tellement dure que je ne me vois pas du tout passer par 13 grossesses juste pour aider les gens, mais c’est une belle histoire quand même 🙂

  2. avatar
    Lily3677

    Mooon dieu 13 grossesses ! C’est énorme !!

  3. avatar
    pauline

    Ca peut paraître « immoral » pour certaines personnes, mais au fond avoir sa maman comme mère porteuse est une grande chance. Déjà on peut être sûr qu’elle va prendre soin du bébé et en plus on peut rester auprès d’elle et vivre la grossesse à ses côtés au lieu de stresser de l’autre côté de l’Atlantique.