Choisir le sexe du bébé

Le fait de préférer un garçon ou une fille lorsque l’on cherche à tomber enceinte est quelque chose de très habituel dans la société. Cependant, à l’heure actuelle, les nouvelles technologies de procréation assistée permettent cette possibilité avec toutes les garanties, c’est pourquoi de plus en plus de couples demandent à disposer de la possibilité de choisir le sexe de leur futur bébé.

Tous les pays ne se montrent pas favorables au choix du sexe par les parents quand c’est simplement en raison de leur désir d’avoir un enfant d’un sexe déterminé et non pas pour des motifs thérapeutiques. Ainsi, les pays dont la législation le permet reçoivent de nombreux touristes qui souhaitent avoir un enfant du sexe désiré.

Analyse génétique à des fins thérapeutiques

La loi de bioéthique du 7 juillet 2011 interdit formellement le recours à des techniques ou manipulations génétiques qui permettent d’obtenir le sexe désiré à des fins non thérapeutiques ou à des fins thérapeutiques non autorisées.

En France, on ne permet l’application de ces techniques de sélection embryonnaire que dans le but d’éviter la naissance d’enfants avec des anomalies génétiques graves. Les maladies liées au sexe comme l’hémophilie ou le daltonisme affectent généralement les hommes, on sélectionnera donc les embryons de sexe féminin afin d’empêcher le développement de la maladie.

La Russie, le Canada ou le Royaume-Uni présentent des législations similaires à la française, puisqu’ils interdisent la sélection non thérapeutique, en admettant avec certaines conditions la sélection thérapeutique du sexe.

À l’inverse, des pays comme les États-Unis, le Mexique, la Jordanie, le Nigeria, le Panama, la Thaïlande ou l’Inde permettent la sélection du sexe avec des fins non thérapeutiques, c’est-à-dire dans le seul but de réaliser le rêve des parents.

Sélection du sexe aux États-Unis

Les États-Unis sont l’une des destinations les plus habituelles pour la gestation pour autrui, c’est pourquoi ce pays dispose d’une expérience considérable et offre des garanties légales. On permet la sélection du sexe des embryons aussi bien pour la fécondation in vitro (FIV) conventionnelle que pour la gestation pour autrui.

La législation américaine considère qu’il est possible qu’un couple recherche un équilibre familial en expérimentant l’éducation des deux sexes.

Selon les données d’une recherche sur la sélection du sexe aux États-Unis :

  • 26,6% cherchent à avoir un enfant de chaque sexe et 73,3% avaient déjà deux enfants du même sexe ou plus.
  • Parmi les couples qui choisissent le sexe, 48,4% préfèrent avoir une fille et 51,6% un garçon.

Il est important de souligner qu’il existe un équilibre parmi les couples occidentaux, alors que ce n’est pas le cas pour les couples originaires de Chine ou d’Inde, qui montrent une préférence pour le genre masculin.

Près de 50% des traitements de DPI (technique qui permet l’analyse génétique de l’embryon) réalisés aux États-Unis cherchent uniquement à connaître le sexe du bébé et non pas à déterminer la présence d’une quelconque anomalie génétique.

Comment sélectionne-t-on le sexe des embryons ?

Il y a deux principales techniques qui permettent de connaître le sexe du futur bébé avant le transfert et après l’implantation de l’embryon, l’une d’entre elles pouvant le faire avant même la fécondation.

  • Diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) : consiste à extraire une cellule de l’embryon avant le transfert pour analyser ses chromosomes de manière à connaître le sexe de l’embryon. C’est la technique employée dans les cas de sélection thérapeutique du sexe. La fiabilité du diagnostic est de presque 100%.
  • Tri du sperme (sperm sorting ou microsort) : c’est une technique qui sépare les spermatozoïdes en fonction de leur poids et taille. Les spermatozoïdes avec un matériel génétique de type X ont 2% d’ADN en plus et sont plus grands si on les compare avec les spermatozoïdes avec un chromosome Y.

Une fois qu’on a séparé les spermatozoïdes, on emploie uniquement ceux qui ont un chromosome du sexe désiré pour la fécondation in vitro, X si on souhaite que ce soit une fille et Y si on souhaite avoir un garçon.

La fiabilité de cette technique n’est pas de 100%. D’ailleurs, selon une recherche étasunienne, le taux de succès est de 90% quand on cherche à avoir un enfant de sexe féminin et de 73% dans le cas d’un enfant de sexe masculin.

9 commentaires

  1. Top commentaires
    avatar
    dyna

    Bonjour

    Je souhaite savoir s’il est possible d’avoir recours a un DPI avec diagnostic de sexe
    Je suis maman de 3 filles et je souhaite avoir un garçon pour équilibrer ma famille
    Avez vous des information sur les clinique en Grèce ou en Espagne svp
    merci

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour dyna,

      La sélection du sexe n’est pas autorisée en Espagne à des fins non thérapeutiques. En revanche, en Grèce, à Chypre, en Russie et en Ukraine, le DPI peut être pratiqué dans un souci d’équilibrage familial, ce qui semble être votre situation. Hors d’Europe, les États-Unis le permettent aussi, mais les prix montent de façon considérable.

      Je vous suggère de remplir le formulaire du magazine en ligne PMA fertilité afin de vous mettre en contact avec des cliniques dans ces pays. C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez demander des précisions concernant les prix et le protocole de chaque clinique : Formulaire pour traitements de PMA.

      J’espère vous avoir aidée. Bonne journée

  1. avatar
    Joan

    Bonjour,
    Est-ce une technique autorisée également au Canada dans le cadre d’une GPA pour des Français ? Faut-il justifier d’un besoin d’équilibre familial ? Merci

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Joan,

      Au Canada, la sélection du sexe n’est pas autorisée, sauf à des fins thérapeutiques pour éviter des maladies qui affectent seulement l’un des deux sexes. Vous devrez en parler avec le médecin qui vous prendra en charge, mais s’il s’agit juste d’une préférence, le choix du sexe n’est pas légal.

      Quant au besoin d’équilibre familial, qu’entendez-vous par là ? Je vous rappelle qu’au Canada, la GPA est ouverte à tous les modèles familiaux. Vous pouvez être marié ou non, en couple ou célibataire, en couple hétérosexuel ou homosexuel.

      J’espère avoir répondu à vos questions.

  2. avatar
    Gui

    Bonjour, pouvez-vous me renseigner si pour une GPA en Grèce nous pouvons choisir le sexe du bébé ? Merci beaucoup

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Gui,

      En Grèce la sélection du sexe pour des raisons de convenance personnelle n’est pas autorisée. Elle est réalisé uniquement pour des raisons thérapeutiques (pour éviter des maladies génétiques liées au sexe comme l’hémophilie) ou éventuellement, pour des raisons d’équilibrage familial (par exemple si vous aviez plusieurs garçons et que vous vouliez une fille).

      Si s’agit d’une préférence personnelle, il faudra vous tourner vers d’autres pays comme l’Ukraine ou les États-Unis.

      J’espère vous avoir répondu. Bonne journée.

    • avatar
      aranwell51

      Bonjour,
      Je suis veuve et j’ai 3 grand garçons, (j’ai subie une hystérectomie) je vais me remarier et mon époux est plus jeune que moi, je voudrais savoir si je peux avoir recours à une DPI en Grèce où en Ukraine

      • avatar
        Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

        Bonjour aranwell51,

        Si vous avez subi une hystérectomie, vous présentez une indication médicale qui vous permet de recourir à la GPA dans la plupart des pays du monde qui l’autorisent pour les étrangers.

        L’Ukraine autorise la technique du DPI pour la sélection du sexe du bébé. Assurez-vous d’être mariés avant de commencer les démarches.

        En Grèce, vous n’êtes pas obligés d’être mariés mais il y a une limite d’âge à ne pas dépasser pour la mère d’intention : vous devez avoir moins de 50 ans. Le DPI pour une sélection du sexe du bébé est possible pour des raisons thérapeutiques mais aussi dans un souci d’équilibrage familial. J’ignore cependant si la notion d’équilibrage familial s’applique en cas de remariage. Je vous suggère d’aborder la question directement avec une clinique en Grèce.

        J’espère vous avoir répondu.

    • avatar
      aranwell51

      Bonjour Isabelle
      Merci pour votre réponse,

    Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter