Choix de la mère porteuse: Comment la trouver et la sélectionner?

Une fois que la résolution de débuter un traitement de GPA a été prise, choisir une mère porteuse est l’une des décisions les plus importantes pour les futurs parents. En effet, la gestatrice, comme on l’appelle aussi, est la femme qui portera leur bébé durant les neuf mois de la grossesse.

Comment les parents d’intention peuvent-ils trouver la mère porteuse adéquate ? Quels sont les critères pour sélectionner la femme qui sera responsable de l’enfant pendant toute sa vie intra-utérine ?

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Comment trouver une mère porteuse ?

Le choix de la mère porteuse est peut-être le moment le plus délicat pour les futurs parents. Il s’agit de la femme qui va porter leur enfant. Il est crucial de pouvoir lui faire confiance.

Parfois, la GPA intrafamiliale est possible. Dans ce cas, la gestatrice va être une sœur, une tante, une cousine, voire une mère. Parfois, c’est une amie proche qui s’offre à porter l’enfant d’un couple ou d’une personne qui ne peut pas en avoir autrement.

Dans d’autres cas, la sélection se fait à travers une agence. C’est la situation la plus fréquente lorsque les parents d’intention se rendent à l’étranger pour réaliser le traitement de gestation pour autrui.

En fonction du pays où la GPA sera réalisée, la sélection de la mère porteuse pourra être réalisée de deux manières :

  • Les futurs parents prennent part au processus de sélection.
  • Les futurs parents n’interviennent pas dans la sélection, qui est assumée par l’agence.

La fait de participer ou non dans la recherche de la mère porteuse dépendra de la volonté des parents demandeurs et de la manière de travailler de l’agence intermédiaire ou de la clinique de fertilité.

On prend aussi en compte les préférences de chacune des mères porteuses. Certaines préfèrent que les futurs parents n’interviennent pas au cours de l’attribution alors que d’autres souhaitent s’impliquer.

Choisir une mère porteuse

Lorsque les futurs parents peuvent participer à la recherche de leur future gestatrice, deux façons de procéder sont possibles :

  • L’agence cherche une candidate en se basant sur la personnalité, les valeurs et le mode de vie des futurs parents. La candidate en question n’est approuvée que si les deux parties, c’est-à-dire elle-même et les futurs parents, s’acceptent mutuellement.
  • L’agence donne accès aux futurs parents à une base de données de candidates pour qu’ils choisissent eux-mêmes la femme qui s’ajuste le plus à leurs préférences. Si la femme sélectionnée accepte à son tour, ce sera elle qui portera leur enfant.

Bien qu’il y ait de légères variations d’un pays à l’autre, le choix de la mère porteuse suit habituellement cette procédure lorsque le processus est réalisé à travers une agence de GPA.

Pour mieux comprendre le rôle des agences dans le processus, suivez le lien : Agences de GPA.

Il s’agit le plus souvent d’une sélection à double sens, c’est-à-dire que les parents choisissent la mère porteuse, mais celle-ci doit aussi accepter les futurs parents.

Critères de sélection de la mère porteuse

Si la mère porteuse est une inconnue dont le contact est fourni par l’agence, il peut être compliqué de prendre une décision. Pour s’aider, les parents d’intention pourront considérer différents aspects :

Informations personnelles de la candidate
âge, santé mentale et physique, centres d’intérêt, religion, ville de résidence, situation économique, hygiène de vie, expérience comme mère porteuse, enfants, antécédents pénaux, accouchements préalables, assurance maladie, soutien familial…
Motivations pour être mère porteuse
les motivations peuvent être économiques et/ou solidaires. Aucune des deux options n’est mauvaise en soi, pourvue que les parents s’y montrent conformes.
Feeling ou sensation initiale
la confiance et l’entente commencent dès le premier contact. Il est essentiel de partir sur un bon pied pour que le processus de gestation pour autrui se déroule de la façon la plus harmonieuse possible pour toutes les parties.
Accord au sujet des imprévus
les futurs parents et la candidate doivent partager les mêmes opinions au sujet de l’avortement, de la grossesse multiple (jumeaux ou triplés), des malformations fœtales…
Relation désirée
la relation que la mère porteuse désire avoir avec les parents d’intention pendant la grossesse est aussi un critère de sélection important. Pour vivre un suivi de la grossesse plus personnel et continu, il pourra être préférable de choisir une candidate intéressée par une relation amicale.

Contact et amitié entre les parents et la gestatrice

Une fois la mère porteuse choisie, la relation entre les parties sera une décision à convenir.

Certains préfèrent un contact minimal par téléphone ou messages, limité aux informations relatives à la grossesse. D’autres préfèrent nouer une amitié qui se prolongera au-delà de l’accouchement.

Les avantages de ce type de relation sont nombreux :

  • Pouvoir manifester en personne à la mère porteuse la gratitude pour son acte solidaire
  • Vérifier que la gestatrice a pris sa décision de façon libre et volontaire
  • Assurer la transparence tout au long du processus
  • Permettre que l’enfant connaisse un jour ses origines et la femme qui l’a porté, considérant qu’il s’agit là d’un droit fondamental de chaque personne

Pour en savoir plus sur les liens qu’il est possible d’établir avec la mère porteuse, lisez notre article : Relation avec la mère porteuse.

Laisser le choix à l’agence ou à la clinique

Certaines agences ou cliniques n’offrent pas la possibilité d’établir un contact, ce qui rend impossible la relation entre les parents d’intention et la mère porteuse.

Connaître ou pas la mère porteuse est une décision très personnelle. Chacun doit peser le pour et le contre et décider à partir de là quelle est l’option la plus appropriée dans sa situation.

Si les parents préfèrent ne pas connaître la gestatrice, c’est pour pour ne pas se sentir liés à elle d’un point de vue émotionnel, et aussi pour réduire le possible sentiment d’inconfort qui pourrait surgir lors du processus. Ils préfèrent ignorer l’identité de la mère porteuse pour éviter de se sentir conditionnés ou d’éprouver des regrets.

Lorsque les parents optent pour l’anonymat de la mère porteuse, le plus probable est qu’ils ne prennent pas part au processus de sélection.

L’agence intermédiaire ou la clinique se charge alors de sélectionner et d’attribuer la mère porteuse.

Même si certains pays offrent les deux options aux futurs parents, d’autres comme les États-Unis rendent quasiment obligatoire le choix à double sens.

Par conséquent, cet aspect doit être pris en compte lorsque l’on choisit une destination de gestation pour autrui et une agence intermédiaire.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Est-il possible de rechercher une mère porteuse au Québec ?

La gestation pour autrui est légale au Canada, sauf au Québec. Il n’est donc pas possible d’y rechercher une mère porteuse.

Comment trouver une mère porteuse en Belgique ?

En Belgique, la GPA n’est pas interdite mais elle y est tolérée, à cause de l’absence de loi spécifique à son sujet. Les gestations pour autrui qui s’y pratiquent sont toujours avec une mère porteuse relationnelle. Cela signifie que le couple demandeur doit trouver une femme de son entourage disposée à les aider en portant leur enfant.

Est-il plus difficile pour un couple gay de choisir une mère porteuse ?

Chaque candidate formule ses préférences pour que les agences puissent leur attribuer des parents d’intention compatibles. Alors que certaines femmes désirent aider exclusivement des couples hétérosexuels souffrant d’infertilité, d’autres manifestent leur volonté de porter l’enfant de couples homosexuels, par solidarité avec la communauté LGBT.

Peut-on choisir une mère porteuse qui accepte d’avoir des jumeaux ?

Les grossesses gémellaires présentent plus de risques que les grossesses simples. Lors du processus de sélection, la mère porteuse et les parents doivent se mettre d’accord sur le nombre d’embryons à transférer et sur la conduite à tenir en cas de grossesse multiple.

Si la mère porteuse refuse de porter plus d’un enfant, c’est son droit le plus légitime. Si les parents souhaitent transférer plus d’un embryon pour augmenter les chances de réussite, la mère porteuse donnera son accord à l’agence ou directement aux parents. Seule une gestatrice qui accepte ces conditions pourra être choisie.

La rédaction vous recommande

Choisir une mère porteuse est le plus souvent la dernière étape d’un processus de sélection mené en amont par les agences spécialisées et les cliniques qui pratiquent la GPA. C’est pour cela qu’il faudra choisir l’agence au préalable. Si vous avez besoin de quelques conseils avant de vous adressez aux différentes agences présentes dans le pays de votre choix, nous vous recommandons notre article : Comment choisir une agence de gestation pour autrui?

Si vous ne savez pas où vous adresser, consultez notre liste d’agences internationales : Liste d’agences et cliniques dans le monde.

Avant de choisir la femme qui portera pour vous votre futur bébé, il pourrait être utile d’en savoir plus sur la mère porteuse et ses motivations en cliquant sur le lien suivant : La mère porteuse.

Le contrat de GPA sera un autre aspect essentiel de l’accord entre les parents d’intention et la mère porteuse. Vous pouvez vous faire une idée de l’étendue des aspects couverts par ce document indispensable en consultant un contrat-type californien : Contrat de gestation pour autrui.

5 commentaires

  1. avatar
    sylvie2445

    Très intéressant et très bien expliqué. J’aime beaucoup la vidéo.

  2. avatar
    Julie351

    Personnellement, je préférerais ne pas connaître la mère porteuse si moi-même je ne peux pas tomber enceinte… C’est peut-être de l’envie mal placée, mais je crois que je ne supporterais pas de savoir qu’une autre que moi sent mon enfant bouger dans son ventre.

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Julie,

      Effectivement, c’est souvent une des raisons pour lesquelles les parents d’intention préfèrent ne pas connaître la mère porteuse de leur enfant, et c’est tout à fait légitime. Il faut se rappeler que peu de gens se lancent dans une GPA de gaieté de cœur, en particulier les femmes qui auraient voulu vivre leur propre grossesse.

      Quand cela arrive, elles finissent par se décider en pensant à l’enfant qu’elles désirent plus que tout au monde. Beaucoup de gens terminent par changer d’avis et par remercier la mère porteuse pour ce beau geste de solidarité, mais il ne faut pas perdre de vue que la GPA peut susciter de véritables montagnes russes émotionnelles.

      Tout n’est pas toujours rose et vous faites bien de souligner ce point.

  3. avatar
    patdepbdr

    Bonjour,
    je suis célibataire la cinquantaine et je souhaite me lancer dans un programme de GPA.
    J’aimerais savoir si qq’un dans mon cas dans ce forum peut me donner des conseils notamment sur le choix de la structure à sélectionner et surtout la suite juridique après l’accouchement
    Merci de vos réponses

    • avatar
      Jessica EscuderoSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Patrick,

      Si un homme célibataire souhaite avoir un enfant, ses possibilités sont les suivantes : adoption, co-parentalité ou GPA.

      L’option de la co-parentalité consiste à avoir un enfant avec une femme sans qu’elle ne soit la partenaire sentimentale. La situation est similaire à celle d’une famille dont les parents auraient divorcé. L’enfant aura un papa et une maman, mais ceux-ci ne seront pas unis par un lien sentimental. Il s’agit surtout de partager l’éducation de l’enfant.

      L’adoption d’un enfant, aussi bien la nationale que l’internationale, est une autre alternative qui s’offre à un homme pour pouvoir réaliser son désir de paternité sans l’intervention d’une femme. Ce n’est pas non plus un chemin facile, puisque les conditions pour être considéré comme « apte » à adopter sont nombreuses et variées.

      La gestation pour autrui est donc effectivement le seul processus reproductif qui permette à un homme célibataire d’être le père biologique sans devoir impliquer une autre femme dans la responsabilité de la paternité. Vous pourrez apporter votre matériel génétique (sperme) qui, associé à l’ovocyte d’une donneuse donnera lieu à un embryon. Les seules destinations qui permettent aux pères célibataires d’accéder à la GPA sont les États-Unis et le Canada. Le choix de la destination et de la clinique sont très importants. Voici un article qui peut vous intéresser: Être père célibataire.

      En ce qui concerne la législation en France, il vous est permis d’être reconnu comme le père biologique de votre enfant si vous apportez votre matériel génétique. Voici plus d’informations: La législation française sur la GPA.

      J’espère vous avoir aidé, bon courage,

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter