En quoi consiste la coparentalité? – Définition, loi et avis

La coparentalité est une forme de parentalité qui consiste à partager les droits et devoirs parentaux vis-à-vis d’un enfant.

On peut comprendre le concept de coparents de deux façons différentes : soit les deux parents biologiques ne se trouvent pas dans une relation amoureuse ou sentimentale et donc ne vivent pas sous le même toit, soit le partenaire d’un couple homosexuel élève l’enfant de son conjoint.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Qu’est-ce que la coparentalité ?

La coparentalité est une alternative intéressante à l’adoption et aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA), en particulier lorsqu’une femme seule ou un homme seul désire avoir un enfant.

Il peut aussi arriver qu’un couple d’hommes ou un couple de femmes se mette d’accord avec une ou deux personnes du sexe opposé.

Les futurs coparents se connaissent parfois déjà lorsque le projet prend forme. Ils peuvent même être des amis de longue date. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

De plus en plus d’inconnus prennent contact par Internet sur des sites de rencontre spécialisés afin de concrétiser leur projet parental.

Définition au sens strict et au sens restreint

Deux situations de coparentalité sont possibles, selon le sens accordé au terme :

  1. Au sens strict de coparentalité, les deux parents biologiques sont les parents exclusifs de l’enfant mais ne sont pas en couple. Ils peuvent avoir divorcé ou simplement être des célibataires qui ont décidé d’avoir un enfant ensemble de cette façon.
  2. Il existe un sens plus restreint qui s’applique exclusivement aux couples homosexuels. Dans ce cas, le partenaire partage la responsabilité d’élever l’enfant de son conjoint, avec la particularité qu’il s’est engagé à le faire dès la conception du bébé.

Pourquoi chercher un coparent ?

Les avantages qu’offre cette modalité de parentalité encore peu répandue sont les suivants :

  • L’enfant a bien un papa et une maman qui sont ses deux parents biologiques. La question de l’anonymat des donneurs de gamètes ne se pose donc pas et l’enfant conserve l’accès à ses origines.
  • Les responsabilités et les frais sont partagés, l’enfant sera donc mieux entouré et protégé. Il a été démontré statistiquement que les familles monoparentales sont souvent plus fragiles face à la précarité.
  • Aucune loi ne s’oppose à la coparentalité. Peu importe si un gay arrive à un accord avec une lesbienne, ou si un couple de femmes se met d’accord avec un homme célibataire.

La façon de concevoir l’enfant va dépendre des préférences et des possibilités des futurs parents. Certains préfèrent la méthode traditionnelle ou naturelle pour arriver à la grossesse, alors que d’autres choisissent d’avoir recours aux techniques de PMA, lorsque c’est possible.

En France, le recours à la PMA est soumis à des restrictions légales, mais ce n’est pas le cas de la coparentalité. Pourvu que les coparents arrivent à un accord privé, aucune limitation juridique ne peut contrarier leur projet commun.

Élever un enfant en coparentalité

Il est tentant de comparer la coparentalité volontaire avec la situation de parents divorcés. En effet, dans les deux cas, l’enfant a un père et une mère qui le prennent en charge malgré l’absence de relation de couple entre eux.

Lorsqu’un couple attend un enfant surgissent de nombreuses questions, doutes et craintes concernant les soins et l’éducation à donner à l’enfant.

Établir les bases de l’éducation d’un enfant n’est pas chose facile, car chaque personne a reçu une éducation différente et il n’est pas toujours facile de faire des concessions.

Choisir un coparent approprié

Il y a donc des aspects à prendre en compte pour sélectionner le bon coparent, tout particulièrement si les parties ne se connaissent pas au préalable. Il sera donc intéressant d’évaluer les points suivants :

  • Éducation reçue et circonstances de son enfance
  • Situation familiale
  • Ville et/ou zone de résidence
  • Activité et situation professionnelle
  • Stabilité émotionnelle
  • Valeurs

Partager les responsabilités parentales

Pour s’assurer du bon fonctionnement de la coparentalité, il est fondamental que les deux coparents se mettent d’accord sur des points essentiels d’organisation et d’éducation.

Si cette démarche est déjà complexe au sein du couple, qui est en principe composé de deux personnes qui s’entendent bien et se complètent, il semble encore plus difficile de se mettre d’accord quand les deux personnes qui partagent les responsabilités parentales n’ont rien d’autre en commun.

En général, les enfants grandissent en prenant exemple sur leurs parents, qui constituent leur principale référence. C’est pour cela qu’il est si important de bien choisir la personne avec qui avoir un enfant en commun. Il s’agit d’une grande responsabilité qui peut facilement devenir source de conflit.

Bien entendu, en plus d’établir ensemble la manière d’élever leur futur enfant en commun, les parents doivent mettre au points tous les aspects légaux de la garde conjointe. Il s’agit de marquer les directives en ce qui concerne les frais d’entretien du bébé, son lieu de résidence, le régime de visites, etc.

D’autre part, il convient d’aborder la question des futures relations sentimentales de chacun des coparents et le rôle qu’elles joueraient alors auprès de l’enfant.

Vos questions fréquentes (FAQ)

La coparentalité est-elle autorisée par la loi ?

Aucune condition légale ou administrative particulière n’est requise pour faire partie d’une coparentalité. Le cadre légal est exactement le même que celui d’un couple qui décide d’avoir un enfant. Chaque personne arrive à un accord privé à la fois susceptible de satisfaire les deux parties et propice à l’intérêt de l’enfant à naître.

Il n’y a aucune restriction ou contrôle institutionnel, comme c’est le cas pour l’adoption ou le recours à l’aide médicale à la procréation.

Les sites et forums de coparentalité sont-ils fiables ?

Les sites de rencontre et forums de discussions pour trouver une coparentalité sont un moyen intéressant de rencontrer une personne avec les mêmes intérêts que soi et avec une philosophie de vie similaire. La coparentalité est avant tout un accord privé, il n’y a pas d’intérêts en jeu mis à part le souhait de plusieurs personnes de fonder leur propre famille. Ne vous précipitez donc pas, profitez des forums pour discuter longuement avec les personnes qui vous semblent intéressantes. Il s’agit de se découvrir des affinités et des motivations similaires pour avoir un enfant ensemble (même sans vivre ensemble).

Où trouver des témoignages de coparents ?

Si vous ne connaissez pas de cas de parentalité dans votre entourage pour vous faire une idée du quotidien de ces familles, n’hésitez pas à lire les forums de discussion spécialisés et à contacter les personnes directement pour discuter en toute liberté de leur expérience. Même si chaque famille est différente, vous pourrez bénéficier de mises en gardes et d’astuces utiles.

Quels sont les problèmes causés par la coparentalité ?

Les problèmes qui peuvent surgir dans le cadre d’une coparentalité ont trait à l’organisation du quotidien : résidence de l’enfant, calendrier de visites chez chacun des coparents, répartition des frais, valeurs inculquées, etc. Comme dans le cadre d’un couple, des conflits et des désaccords peuvent surgir qui peuvent parfois être difficile à résoudre puisque les parents n’ont rien en commun mis à part leur enfant.

D’autre part, si l’un des coparents commence une relation sentimentale avec un partenaire et finit par avoir des enfants avec cette personne, l’enfant pourrait se sentir différent par rapport à ses demi-frères et demi-sœurs.

La rédaction vous recommande

Parmi les différentes possibilités qui se présentent pour devenir parents, la coparentalité est l’une des options privilégiées par les personnes seules et les couples d’hommes. Les hommes seuls et les couples homosexuels masculins n’ont d’ailleurs pas la possibilité, contrairement aux femmes, d’avoir recours à une simple technique de PMA avec don de gamètes. Connaissez-vous les options dont disposent les hommes pour devenir pères ? Cliquez ici : Hommes qui veulent être pères.

En effet, en raison de leur incapacité biologique à la gestation, la seule solution qui se présente à eux pour avoir un enfant biologique est la gestation pour autrui, plus connue par son sigle de GPA. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette méthode très particulière de procréation médicalement assistée, rendez-vous sur l’article suivant : Gestation pour autrui : définition et informations utiles.

Une troisième option possible est celle de l’adoption. Pour en connaître plus à ce sujet, veuillez consulter l’article spécifique à ce thème : L’adoption.

Un commentaire

  1. avatar
    ap2000

    Mmm… Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose pour un enfant que ses parents, d’entrée de jeu, ne fassent pas partie de la même famille… Les divorces sont déjà difficiles à gérer… non?

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.