Plusieurs destinations de GPA autorisent une femme seule à réaliser le traitement, comme la Russie, la Grèce, les États-Unis et le Canada. Cependant, il faut être prudent et vérifier que la reconnaissance de la filiation sera possible dans le pays de résidence. En effet, de nombreux pays considèrent que seule la femme qui a accouché peut être considérée comme la mère légale dès la naissance.

C’est le cas de la France, qui refuse de transcrire à l’état civil le lien de filiation établi à l’étranger entre l’enfant né par GPA et la mère d’intention. Par ailleurs, la GPA n’est pas assimilable à une adoption internationale. Il faudra donc être très prudent et évaluer toutes les options avec un avocat avant de se lancer dans l’aventure.

Cliquez ici pour lire l'article complet :    44
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.