Certains traitements de FIV échouent ou doivent même être annulés avant le transfert embryonnaire à cause d’une absence de fécondation. Cela signifie qu’un problème se produit, empêchant la fusion de l’ovule et du spermatozoïde et donc la postérieure évolution d’un embryon viable.

Par ailleurs, l’échec de nidation ou d’implantation embryonnaire est plus fréquent : c’est l’impossibilité pour l’embryon de s’accrocher à l’endomètre (muqueuse interne de l’utérus) après le transfert embryonnaire. Étant donné que ce phénomène se produit à l’intérieur de l’utérus de la femme, il est souvent complexe d’en déterminer les causes exactes et de trouver des solutions appropriées.

Cliquez ici pour lire l'article complet :    81
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.