La gestation pour autrui n’est pas autorisée en France, c’est pourquoi les couples français souhaitant avoir recours à cette technique doivent se rendre à l’étranger. Ils devront donc commencer par choisir une destination qui s’adapte à leur besoins et leurs possibilités. À ce stade, ils pourront engager des conseillers pour commencer leur projet sur le bon pied.

Ils devront ensuite recourir aux services d’une agence de gestation pour autrui et d’une clinique de PMA. Si l’agence ne collabore pas déjà avec un cabinet d’avocat, les parents d’intention devront également engager un avocat. L’agence va aider les futurs parents à choisir une mère porteuse. Si celle-ci passe avec succès les examens nécessaires, le contrat de GPA peut être signé.

La procédure médicale peut alors commencer avec la fécondation in vitro (FIV). Si tout va bien, la grossesse a lieu. Les parents pourront la suivre à distance grâce aux résultats d’examens et aux échographies, jusqu’à l’accouchement.

Après la naissance du bébé, la filiation est d’abord reconnue dans le pays de naissance, avant de procéder à la transcription (partielle) de l’acte de naissance dans les registres de l’état civil français.

Cliquez ici pour lire l'article complet :    45
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.