1. avatar
    AudeP

    Bonjour, je me souviens d’un scandale d’il y a quelques années concernant un trafic de mères porteuses au Népal. Les choses ont-elles évoluées depuis? Avez-vous des informations actualisées? Je vous demande cela dans le cadre d’un TPE. Merci

    14/10/2017 à 16:26
    #2308 Répondre
  2. avatar
    Isabelle Gutton
    Spécialiste en gestation pour autrui

    Bonjour AudeP,

    Pour remettre nos lecteurs en contexte, en avril 2015, un scandale avait éclaté suite à un violent tremblement de terre car Israël avait décidé d’évacuer des bébés nés par GPA de mères porteuses indiennes au Népal. Ces bébés étaient nés pour des parents d’intention israéliens. Cette affaire avait attiré l’attention de la presse sur le trafic de mères porteuses au Népal.

    Le Népal était en effet une destination de GPA low cost à la règlementation insuffisante qui attirait les couples ne pouvant pas affronter les frais d’une gestation pour autrui dans d’autres destinations.

    Au moment des faits, certaines restrictions avaient déjà été mises en place, comme par exemple l’interdiction de recourir à une mère porteuse népalaise, d’où le recours à des mères porteuses dites transfrontalières, principalement indiennes. Par la suite, le pays a été tenté de poser des restrictions à l’images de celles adoptées en Inde, en Thaïlande ou au Mexique.

    Depuis février 2016, moment où il était question d’interdire les mères porteuses transfrontalières, le thème de la GPA au Népal n’a plus ou peu été abordé dans la presse, ce qui nous laisse penser que les choses n’ont guère évolué. Nous vous tiendrons au courant si nous trouvons des informations supplémentaires.

    Bonne continuation avec ce TPE. N’hésitez pas à nous communiquer les résultats de vos recherches, nous nous ferions un plaisir d’en prendre connaissance.

    16/10/2017 à 12:47
    #2309 Répondre
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.