Conséquences de la GPA chez la mère porteuse : les aspects psychologiques, les risques et les avantages

Par (embryologiste), (gynécologue), (directrice de babygest) et (babygest staff).
Dernière actualisation: 25/03/2020

La gestation pour autrui (GPA) ou familièrement appelée « ventre à louer » est un sujet très controversé regroupant de nombreux arguments en faveur et contre cette méthode. Les aspects psychologiques et sociaux ainsi que les risques potentiels et les avantages en découlant sont les sujets les plus étudiés. C'est pourquoi nous aborderons dans cet article les principales conséquences engendrées par ce processus.

Vous trouverez ci-dessous un index des 8 points que nous allons aborder dans cet article.

Les aspects psychologiques

En général, et surtout dans les pays dotés d'une réglementation adéquate comme les États-Unis, la Russie ou le Canada, les femmes faisant le choix de devenir des mères porteuses ont un profil psychologique similaire. Ce sont des femmes fortes, dotées d'une grande sensibilité, qui ne souffrent pas de troubles psychologiques après avoir remis le bébé aux parents.

Bien que le nombre d'études réalisées à ce sujet soient peu nombreuse et que l'échantillon de femmes interrogées soit assez réduit, les mères porteuses ne souffrent généralement pas de séquelles psychologiques. Le taux de dépressions post-partum n'est pas plus élevé que pour les grossesses naturelles.

Afin d'éviter de possibles répercussions, la mère porteuse doit se soumettre à un examen psychologique très rigoureux afin de pouvoir déterminer sa capacité à participer à cette expérience. Elle doit également réaliser des contrôles ou être suivie régulièrement par des psychologues lors de la grossesse.

Lors de ces séances, il est essentiel que le spécialiste s'assure que la mère porteuse soit consciente de l'attitude à adopter face à cette future grossesse. Elle doit avoir pleinement conscience du fait que l'enfant qu'elle va porter n'est pas le sien. Cela contribue à limiter l'attachement émotionnel au cours de la grossesse et facilite par la suite la remise du nouveau-né.

L'importance d'avoir des enfants

La plupart des programmes de GPA dans le monde exigent que les mères porteuses aient déjà eu des enfants. Ce n'est pas seulement une question médicale, mais aussi psychologique.

Une femme qui n'a jamais été enceinte ne sait pas comment elle va se sentir, les symptômes qu'elle va ressentir, le lien émotionnel qu'elle va développer avec le bébé, etc. C'est pourquoi il est difficile de prendre une décision éclairée avant de signer le contrat sans savoir à quoi s'attendre.

On ne peut pas savoir à l'avance comment se passera la grossesse, c'est pourquoi il est primordial que la mère porteuse soit une femme qui ait déjà vécu cette expérience. Elle a donc assez d'informations en main pour savoir ce à quoi elle devra faire face d'un point de vue psychologique.

Les avantages d'être mère porteuse

Contrairement à ce ne que pensent beaucoup de personne, la principale raison qui motive des femmes à devenir mère porteuse n'est pas financière. Elles souhaitent faire cadeau de la vie à d'autres personnes et les aider à réaliser leur rêve.

Bien qu'il y ait une compensation financière qui est une des raisons pour lesquelles ces femmes participent à ce processus, il ne s'agit en aucun cas de la raison principale ou fondamentale.

Voici trois des principaux avantages psychologiques d'être mère porteuse :

  • Profiter de la grossesse : certaines femmes adorent être enceintes, cela leur permet de se sentir spéciales, ce qui favorise une sensation de bien-être et une meilleure santé émotionnelle.
  • L'épanouissement personnel et la confiance en soi : la motivation altruiste et solidaire conduit à un plus grand sentiment de bien-être et de bonheur en faisant quelque chose pour le bien d'autrui.
  • Empathie et désir d'aider : sentiment renforcé lorsqu'il existe une relation personnelle avec les parents d'intention. Cette capacité à comprendre la souffrance des futurs parents, augmente leur capacité d'empathie.

De nombreuses mères porteuse affirment ressentir un mélange de joie et tristesse au moment de la naissance, à la fin du processus De la joie car elles ont réussi à aider une famille et de la tristesse car ils n'ont plus besoin de son aide, il n'y a plus de sentiment de solidarité et finalement, c'est la fin du plaisir de la grossesse.

Les avantages de la rencontre avec les parents

La relation entre la mère porteuse et les parents d'intention doit être basée sur le respect mutuel et la réciprocité, c'est-à-dire que les deux parties doivent travailler ensemble pour le bien-être de tous.

La meilleure façon de réussir à établir une relation aussi fluide et respectueuse que possible entre les parents et la mère porteuse est de recevoir soutien et conseils de la part des professionnels impliqués. Cela permettra d'atteindre deux objectifs essentiels :

  • Savoir ce que chacun attend de la relation et les attentes au cours du processus
  • Savoir quelles seraient les conséquences en cas de non-respect de ces attentes

Les personnes ayant réussi à développer une relation étroite affirment s'être sentis plus en sécurité au cours du processus, aussi bien les parents d'intention que la mère porteuse. De fait, la mère porteuse se sentira mieux et sera plus en confiance si elle sait que le bébé dont elle s'occupe grandira dans une famille respectueuse qui lui donnera tout son amour.

Selon une étude réalisée par Van der Akker en 2005, les mères porteuses qui restent en contact avec la famille ne présentaient pas de troubles psychologiques dans les six mois après l'accouchement.

Ainsi, il est possible d'atteindre un certain équilibre : la vision de l'intention des parents sera la même que celle de la mère porteuse et inversement. C'est grâce à cela que l'on évite les conséquences négatives de la GPA, aussi bien au niveau émotionnel que physique.

Par exemple, si la mère porteuse décide d'avorter au cours de la grossesse contre la volonté des parents d'intention, les conséquences que cela peut entraîner devraient également être couvertes par le contrat de GPA afin d'éviter l'impact psychologique que cela peut avoir sur elle.

Risques et conséquences social

Il est important que l'entourage de la mère porteuse soit au courant de la situation, comprenne les raisons l'ayant menées à porter l'enfant d'autres personne et qu'elle reçoive le soutien inconditionnel de ses proches et de ses amis.

Le fait de se sentir soutenue par ses proches lui permettra de se sentir mieux dans sa peau, de profiter de la vie pendant la grossesse et de se sentir heureuse d'aider les autres. Cela réduit également ses craintes ou le rejet éventuels au moment de remettre le bébé.

Si la mère porteuse cache lo processus ou ses véritables motivations, ou si elle ne reçoit pas le soutien de ceux qu'elle aime, elle sera davantage frustrée, négative et aura des séquelles psychologiques.

Aussi, si la mère porteuse a déjà ses propres enfants, il est primordial qu’elle prenne en compte les conséquences possibles qu'une GPA pourrait avoir sur eux.

L'American Society for Reproductive Medicine (ASRM) recommande de bien penser aux informations qu'elles souhaitent partager avec leurs propres enfants quant à la GPA.

À ce jour, il n'existe aucune étude ou preuve montrant que la maternité de substitution peut avoir un impact négatif sur les sentiments des enfants de la mère porteuse ou qu'ils réagissent mal à cela.

Vos questions fréquentes

La mère porteuse peut-elle garder le bébé ?

Par Dr. Joel G. Brasch (gynécologue).

C'est en réalité une très bonne question car la réponse dépend vraiment de l'environnement juridique dans lequel est né l'enfant. Heureusement, l'Illinois autorise la GPA et dispose d'une loi spécifique qui protège non seulement la mère porteuse mais également les intérêts de l'enfant et de ses futurs parents. Grâce à cette loi, les tribunaux peuvent établir la paternité entre les parents d'intention et le nouveau-né dès le jour de sa naissance.

Est-il bon pour la mère porteuse de garder contact avec la famille et connaître l'enfant ?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

La décision de garder contact avec les parents d'intention après la naissance est une décision qui doit être prise par les parents et la mère porteuse. Certaines familles préfèrent que leur enfant ne connaisse pas la femme qui l'a porté, alors que d'autres sont d'accord pour dire que cela serait bénéfique à tout le monde.

Cela est plus souvent le cas lorsque ce sont les parents d'intention qui ont choisi la mère porteuse ou lorsque celle-ci est un membre de la famille ou une amie. De leur côté, de nombreuses mères porteuses souhaitent continuer à avoir des nouvelles de l'enfant. De nombreuses études ont montré que cela peut même être très bénéfique lorsqu'il s'agit de le dire à votre enfant, car il sera plus facile pour lui de comprendre.

Quelles sont les conséquences négatives que peut avoir une GPA sur une mère portant l'enfant d'une autre famille ?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

En effet, bien que de nombreuses familles préfèrent faire appel à un membre de leur famille comme une sœur, une tante, une belle-sœur, une cousine, une fille, etc., cela peut, sur le long terme, nuire à leur relation.

Si des complications surviennent pendant et/ou après la grossesse, le stress généré peut entraîner une rancœur ou même faire remonter des vieux problèmes de famille.

C'est pourquoi il est également recommandé que la mère porteuse et les futurs parents soient évalués psychologiquement et émotionnellement par un spécialiste afin d'identifier les éventuels sentiments ou intentions qui pourraient nuire à la relation ou même avoir un impact négatif sur le bien-être du futur bébé.

Quels conseils donneriez-vous à une mère porteuse pour ne pas avoir de problèmes après la naissance ?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

Comme nous le disions plus haut, cela dépend du type de relation que vous souhaitez établir. Cependant, il est essentiel qu'une candidate souhaitant devenir mère porteuse soit prête à participer à ce processus et qu'elle garde à l'esprit les avantages mais aussi les risques et potentiels problèmes pouvant survenir.

Il est important de pouvoir compter sur des professionnels qui pourront aider et orienter individuellement toutes les parties impliquées. Pouvoir compter sur l'aide d'avocats, agences, psychologues etc., est fondamental pour limiter au maximum les problèmes à court et long terme.

D'un autre côté, il est vivement conseillé à la mère porteuse et aux parents d'intention de rester en contact pendant la grossesse et de s'aider mutuellement. Se préoccuper des besoins de chacun est essentiel pour que tout se passe bien

Quelles contraintes peut engendrer un processus de GPA pour la mère porteuse ?

Par Cristina Mestre (embryologiste).

La GPA est une technique de PMA qui peut entraîner quelques risques.

En ce qui concerne les contraintes médicales, il ne faut pas oublier que, aujourd'hui, les mères porteuses n'apportent pas leurs ovules. Par conséquent, pour elles, le traitement commence lorsqu'elles commencent le traitement pour préparer leur endomètre pour le transfert de l'embryon.

Dans ce cas, les doses de médicament ne sont pas très fortes, mais cela reste un traitement qu'il faut suivre. Une fois le transfert effectué, il faut attendre 15 jours pour savoir s'il y a grossesse ou non. A partir de ce moment, les risques sont exactement les mêmes que pour n'importe quelle grossesse.

Quant aux risques psychologiques, bien choisir la mère porteuse et se montrer responsable le moment venu sont des éléments qui vont déterminer si ce processus va se faire naturellement ou être douloureux.

Il est fondamental que la mère porteuse choisissent librement de participer à ce processus. Elle ne doit pas y être forcée par un membre de sa famille ou un ami ou de par sa situation financière.

Il y a évidemment une compensation financière mais cela ne devrait pas être la principale motivation d'une femme à porter l'enfant d'une autre personne. Il doit s'agir d'un motif altruiste, avoir envie de venir en aide à une famille. Voilà ce qui fait réellement la différence.

Les femmes qui ont pleinement conscience de cela vivent leur grossesse comme une chose magnifique et sont tout à fait consciente que ce bébé qui grandit en elle n'est pas son enfant.

La rédaction vous recommande

Vous voulez en savoir plus sur ce qui pousse une femme à porter le bébé d'une autre famille ? Ne manquez donc pas l'article : Je veux être mère porteuse : motivations pour devenir gestatrice. Article dans lequel nous abordons les motifs altruistes et aspects à prendre en compte.

Comme nous l'avons indiqué, les candidates enceintes doivent passer une évaluation psychologique afin de déterminer leur aptitude à faire face à ce processus. Si vous voulez connaître tous les tests avant l'acceptation, cliquez ici : Contrôle médical en GPA : bilan préalable et calendrier de grossesse

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. En savoir plus sur Cristina Mestre
Dr. Joel G. Brasch
Dr. Joel G. Brasch
Gynécologue
Le Dr Joel Brasch est le directeur médical de Chicago IVF. Il est certifié par l'American Board of Obstetrics and Gynecology, et possède plus de 25 ans d'expérience directe dans le traitement de la fertilité et les soins de la reproduction. Il est également directeur de la Division d'endocrinologie de la reproduction et de l'infertilité au Mount Sinai Medical Center. En savoir plus sur Dr. Joel G. Brasch
 Natalia Álvarez
Natalia Álvarez
Directrice de Babygest
Diplômée en Sciences de l'Entreprise par l'Universidad de Alicante. Plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de la PMA en tant que directrice de projet à Reproducción Asistida ORG. Créatrice et directrice en 2013 du premier salon de PMA en Espagne. Elle a eu l'occasion de connaitre les meilleurs professionnels, ainsi que le détail de chaque processus. En savoir plus sur Natalia Álvarez
Adapté au français par:
 Manon Boisbouvier
Manon Boisbouvier
Babygest Staff
Rédactrice et traductrice pour l'édition française de Babygest.. En savoir plus sur Manon Boisbouvier

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.