Les effets de la gestation pour autrui chez les futurs parents

Par (directrice de babygest) et (babygest staff).
Dernière actualisation: 18/07/2015

La gestation pour autrui est une technique de procréation assistée utilisée par les couples et les personnes seules qui ont besoin de l’aide d’une autre femme pour mener à bien une grossesse. Les raisons du recours à ce traitement varient d’une personne à l’autre, les expériences des uns et des autres avant d’arriver à cette technique peuvent les marquer profondément. Nous tenterons d’analyser les cas les plus courants afin de mieux comprendre comment les futurs parents vivent la gestation pour autrui et quels en sont les effets sur eux.

Couples hétérosexuels ayant de graves problèmes de fertilité

Ces parents d’intention trainent généralement derrière eux un grand nombre de traitements de procréation assistée, de nombreuses tentatives, de nombreux résultats négatifs et même, dans certains cas, de nombreuses fausses-couches. Ce sont des gens qui souffrent depuis des années, qui voient comment leurs amis ont formé leur famille et pourtant, eux, n’y arrivent pas. Dans de nombreux cas, ils se sentent frustrés et voient la gestation pour autrui comme leur dernière chance pour devenir parents. Ce sont des gens qui ont déjà dépensé beaucoup d’argent et qui font maintenant leur dernier « pari ». Des gens qui ont presque tout abandonné pour réaliser leur rêve.

Ces parents vivent la gestation pour autrui avec joie mais dans certains cas, ils peuvent ressentir de la jalousie de ne pas pouvoir vivre eux-même la grossesse. Certaines de ces femmes n’ont pas de relation étroite avec la mère porteuse ou n’ont pas de relation étroite avec elle après la naissance du bébé. Il se peut même qu’elles n’apprennent pas à connaître la femme qui porte leur enfant, et beaucoup préfèrent cela.

Comme cela a déjà été dit, c’est leur dernière option après avoir tout essayé, donc ce sont des couples qui ont du mal à profiter de la grossesse parce qu’ils ont peur de la perdre à nouveau. La mauvaise nouvelle les accompagnent depuis des années et il est difficile pour eux de croire qu’ils vont enfin avoir leur bébé. Ils vivent le processus avec une certaine crainte, de peur que quelque chose se passe mal. C’est cette peur qui les contraint à partager le processus avec leur entourage mais certains d’entre eux préfèrent ne pas en parler.

Cependant, il y a aussi des couples qui, bien qu’ils aient subi divers traitements et qu’ils aient eu beaucoup de difficultés à avoir leur enfant, réussissent à mener à bien le processus de gestation pour autrui avec plus de naturel, en acceptant que c’est l’option avec laquelle ils vont former leur famille.

Les femmes ayant une incapacité médicale empêchant toute grossesse

Malheureusement, il y a beaucoup de femmes qui souffrent d’une incapacité médicale à procréer, par exemple, quand une femme n’a pas d’utérus (de naissance ou à cause d’une maladie) ou lorsque dans sa condition médicale, une grossesse est contre-indiquée. Ces femmes, pour la plupart, n’ont jamais subi de traitement de procréation assistée auparavant. Pour elles, la gestation pour autrui est la première option, de sorte qu’elles vivent le processus naturellement.

Ce sont des femmes qui ont assumé leur incapacité à porter un enfant. Dans le cas d’une naissance sans utérus, elles ont supposé qu’il s’agissait de leur réalité, ce qui ne signifie pas, bien sûr, que cela ne les affecte pas émotionnellement. Dans le cas d’une souffrance ou d’une maladie, ces femmes ont dû vivre leur deuil. Non seulement elles ont surmonté une maladie, mais elles ont aussi dû assumer leur incapacité à porter un enfant. Généralement, lorsqu’elles ont recours à cette technique de procréation assistée, elles se sentent très fortes psychologiquement et vivent le processus avec beaucoup de joie.

La plupart de ces femmes veulent rencontrer la mère porteuse, entretenir une relation étroite avec elle et ne sont généralement pas jalouses. Elles ne vivent généralement pas la grossesse avec la peur d’une fausse couche, elles la vivent avec les préoccupations toutes naturelles de toute femme qui va être une mère. Elles partagent généralement l’ensemble du processus avec leur entourage.

Couples homosexuels masculins ou hommes célibataires

Ces futurs pères ont recours à la gestation pour autrui comme première option, dans leur cas, c’est évident qu’ils ont besoin d’une femme pour avoir un enfant. Ce sont des hommes qui ont décidé de fonder une famille et qui sont très conscients du rôle de la mère porteuse dans leur vie. Dans la plupart des cas, ils connaissent les mères porteuses et ont une relation très étroite avec elle. Ils considèrent qu’elle fait partie de la famille. Ce sont aussi des parents qui sont conscients qu’ils devront expliquer à leurs enfants exactement comment ils sont venus au monde, ils ne peuvent pas éviter cette question, il est donc important pour eux que la femme qui a donné naissance à leur enfant reste dans leur vie et qu’ils connaisse même personnellement.

Ils vivent la gestation pour autrui avec beaucoup de naturel. Ils partagent généralement le processus avec leur entourage et sont généralement plus enclins à rendre public le fait qu’ils aient eu recours à cette technique pour former leur famille. Leur parcours a été différent, ils n’ont pas entendu l’expression typique « et les enfants, c’est pour quand? », ils n’ont pas ressenti la pression sociale pour former une famille. Au contraire, la société a tendance à supposer qu’un couple homosexuel n’aura pas d’enfants. C’est peut-être la raison pour laquelle les pères célibataires ou les familles homoparentales masculines doivent être de meilleurs pères que la moyenne afin que leur capacité ne soit pas remise en question.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Natalia Álvarez
Natalia Álvarez
Directrice de Babygest
Diplômée en Sciences de l'Entreprise par l'Universidad de Alicante. Plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de la PMA en tant que directrice de projet à Reproducción Asistida ORG. Créatrice et directrice en 2013 du premier salon de PMA en Espagne. Elle a eu l'occasion de connaitre les meilleurs professionnels, ainsi que le détail de chaque processus. En savoir plus sur Natalia Álvarez
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
Babygest Staff
Directrice éditoriale de la revue Babygest en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.