Gestation pour autrui au Pérou: loi, jurisprudence et cas précédents

Par (directrice de babygest) et (babygest staff).
Dernière actualisation: 05/09/2019

Connue sous le nom de GPA, la gestation pour autrui est un traitement qui n'est actuellement pas légal au Pérou.

Il n'existe pas non plus de législation "fermée" sur la procréation assistée, mais plusieurs projets de loi. Malgré cela, de nombreux couples péruviens ont recours à la GPA pour fonder une famille, emmenant généralement la mère porteuse dans un pays étranger où cette technique est permise.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Reproduction assistée au Pérou

Le Pérou ne dispose pas d'une loi nationale bien définie sur la procréation assistée et son application, contrairement à d'autres pays comme l'Espagne, où la loi 14/2006 du 26 mai 2006 existe.

L'article 7 de la loi générale sur la santé (loi nº 26842) est libellé comme suit:

Toute personne a le droit de recourir à un traitement contre l'infertilité, ainsi qu'à la procréation par procréation assistée, à condition que la mère génétique et de mère gestatrice soit la même personne. L'application de techniques de procréation assistée nécessite le consentement écrit préalable des parents biologiques. La fécondation d'ovules humains à des fins autres que la procréation.

En résumé, le droit d'utiliser les techniques de procréation assistée (Técnicas de Reproducción Asistida - TERAS) peut être exercé à condition que deux conditions fondamentales soient remplies:

  • Identité génétique
  • Consentement écrit des parents biologiques avant le traitement

De la définition ci-dessus nous pouvons extraire que la technique du don d'ovules n'est pas autorisée au Pérou puisque la femme qui fournit la charge génétique et celle qui porte l'enfant doit être la même personne. Le don de sperme est autorisé, mais la loi péruvienne régit l'anonymat du donneur.

Selon plusieurs experts du secteur, il existe au Pérou un besoin évident de réglementer l'application des techniques de procréation assistée par une loi spécifique.

Des auteurs tels que Rolando Humberto Canessa ont élaboré un projet de loi pour la réglementation de la filiation en procréation assistée dans leur thèse de 2011. Le député Tomás Zamudio Briceño a également présenté le projet de loi n° 1722/2012-CR pour la réglementation de la procréation assistée, dont le statut actuel est celui de "en commission".

Selon le Journal Péruvien de Gynécologie et d'Obstétrique, ce besoin réside dans le fait que, bien qu'il n'existe pas de loi, il existe de nombreuses cliniques privées et centres de santé qui offrent des traitements de fertilité de haute et de basse complexité. Étant donné qu'ils fonctionnent sur une base d'autorégulation, les types de traitement, les coûts et la manière dont ils sont effectués peuvent varier considérablement d'un pays à l'autre.

Est-ce que la GPA est légale?

La gestation pour autrui n'est ni permise ni interdite au Pérou. Cependant, conformément aux dispositions du projet de loi nº 11082 du 4 août 2004, la tendance générale est d'interdire toute forme de gestation pour autrui dans ce pays d'Amérique du Sud.

Malgré cela, il est vrai que la gestation pour autrui n'est réglementée par aucune loi ou condamnée par le Code pénal, de sorte qu'une législation détaillée est nécessaire aux yeux de plusieurs experts, puisqu'on estime qu'en moyenne, environ 4 500 procédures sont également effectuées chaque année, car il existe un vide juridique.

Toutefois, divers projets de loi ont été élaborés pour réglementer la procréation assistée, notamment la loi nº 1722/2012-CR du Groupe Parlementaire Nationaliste Gana Perú et la loi nº 2003/2012-CR du Groupe parlementaire de concertation. Les deux traitent de la procréation assistée en général, sans mettre l'accent sur la gestation pour autrui en particulier.

Au Pérou, il existe le droit d'initiative législative conformément à l'article 107 de la Constitution et aux articles 22 c), 75 et 76 du Règlement du Congrès de la République.

Pour sa part, le projet de loi nº 264/2001-CR présenté en 2001 par le député Iván Calderón traite de la gestation pour autrui d'une manière similaire à la loi française, c'est-à-dire que tout accord par lequel une gestation pour autrui est convenue est considéré comme nul et non avenu, auquel cas la filiation est déterminée par la naissance, avec possibilité de demander une filiation avec le père biologique.

Le seul qui a traité plus en profondeur de la question de la gestation pour autrui est le projet de loi nº 2839/2013-CR, que nous expliquons en détail ci-dessous :

Projet de loi n° 2839/2013-CR

Comme nous l'avons vu, le seul projet dans lequel ce sujet a été développé de manière plus approfondie est celui présenté par le député de la République Vicente Antonio Zeballos Salinas : le projet de loi n° 2839/2013-CR. Son but est de proposer une réglementation de ce traitement telle qu'elle peut être lue dans le fragment suivant:

Il vise à réglementer une nouvelle forme de maternité connue sous le nom de « gestation pour autrui partielle altruiste ».

Le projet de loi vise à modifier l'article 7 de la loi générale sur la santé (loi nº 26842), qui incorpore la modalité de la gestation pour autrui partielle et altruiste.

Dans le même document, il est fait référence à l'objectif du projet dans la section 3, qui explique son approche du regroupement familial, à savoir le respect du droit de chacun à fonder une famille, ainsi que le droit d'accéder aux techniques de procréation assistée, à condition que cela n'affecte pas les droits des tiers.

Le projet de loi prévoit l'extension de l'article 7 de la loi 26842 avec le texte d'amendement suivant:

La gestation pour autrui partielle et altruiste sera réalisée avec l'apport du patrimoine génétique féminin et avec le gamète masculin pour sa conception, par une fécondation in vitro permettant la conception de leur propre enfant, dont l'embryon sera implanté dans le ventre de la femme qui acceptera de manière altruiste la gestation du nouvel être.

Cela signifie que seule la GPA gestationnelle est autorisée, c'est-à-dire que les spermatozoïdes et les ovules seraient fusionnés par la technique de FIV (fécondation in vitro) et que le ou les embryons obtenus seraient ensuite transférés dans l'utérus de la mère porteuse.

La gestation pour autrui est le traitement de procréation médicalement assistée qui implique le plus de questions et de doutes pour un patient. La transparence est l’un de nos rigoureux critères pour le choix des cliniques et agences que nous recommandons. Vous pouvez utiliser cet outil afin d’obtenir un rapport détaillé pour répondre à vos questions et ainsi éviter les mauvaises surprises.

Jurisprudence et affaires antérieures

Malgré l'absence de protection juridique, la gestation pour autrui au Pérou est un fait, comme en témoignent la littérature existante et les différents projets de loi élaborés à ce jour, qui visent à aborder ce traitement afin de prévenir les abus et autres irrégularités.

De fait, en mars 2008, la police péruvienne a démantelé l'une des plus grandes organisations péruviennes vouées à l'exploitation des femmes en échange d'importantes sommes d'argent. Dans ces cas, les parents d'intention étaient d'origine étrangère et la mère porteuse était transportée dans un autre pays où la gestation pour autrui était légale pour donner naissance.

Sur le plan de la jurisprudence, il existe le premier cas approuvé par la Cour suprême de justice et, d'autre part, le cas d'une grand-mère et de sa fille d'origine péruvienne, qui ont eu recours à la gestation pour autrui aux États-Unis. Les détails de chaque exemple sont présentés ci-dessous.

Première affaire tranchée par la Cour suprême de justice

Bien qu'elle n'ait pas été légalisée, il y a eu des cas de gestation pour autrui au Pérou qui ont été réglés par la Cour Suprême de la Justice de la République. C'est le cas du mariage formé par Mme D.F.F.P.Q. et M. G.S., qui ont commandé à I.Z.C.M. la gestation de leur futur enfant, qui serait livré au couple après la naissance. Le couple a payé à la mère porteuse un total de 18 900 $US.

La sentence, datée du 6 décembre 2011, est la première affaire approuvée au Pérou concernant les mères porteuses communément connues (cassation n° 563-2011, Lima).

Pour la fécondation, les spermatozoïdes de Don G.S. ont été utilisés et, après la naissance, la filiation maternelle, comme l'indique la loi, a été établie en faveur de la mère porteuse et, le père, en faveur de son mari. Ainsi, le père biologique ne figurait pas comme parent légal. Don G.S. ne serait pas seulement le père de sang de l'enfant, mais en raison de son lien avec I.Z.C.M., il s'est avéré être son grand-oncle.

Immédiatement après la naissance, le bébé a été donné aux parents d'intention, qui ont alors engagé une procédure d'adoption par exception afin de constituer légalement une filiation en leur faveur. C'est à ce moment que la mère porteuse et son partenaire se sont repentis et ont déposé un pourvoi en cassation fondé sur une série de motifs qui n'étaient pas soutenus aux yeux de la Cour suprême.

La Cour a estimé qu'il existait un conflit entre l'intérêt supérieur de l'enfant à avoir une famille et le droit des parents souhaitant exercer l'autorité parentale. De plus, se fondant sur le comportement de la mère porteuse et de son partenaire, qui étaient initialement disposés à abandonner le bébé en échange d'argent, elle a décidé que l'intérêt supérieur de l'enfant était primordial et qu'il continuerait donc à vivre avec les parents d'intention.

Une grand-mère péruvienne donne naissance à sa petite-fille

Dans ce cas, nous exposons un exemple de gestation pour autrui dans la famille qui s'est produite en 2013-2014, en particulier le cas de Julia Navarro, qui a conçu son propre petit-fils à l'âge de 58 ans pour sa fille Lorena Gonzáles. Navarro, d'origine péruvienne et résidant dans l'Utah (États-Unis), a proposé de donner naissance au bébé de sa propre fille après que celle-ci ait subi de multiples fausses couches après des années à essayer d'avoir un enfant avec son partenaire. À la recherche d'une solution, ils ont accepté de recourir à la gestation pour autrui.

Dans l'Utah, les couples qui ont recours à la gestation pour autrui dépensent en moyenne environ 60 000 $, un montant qu'ils ont économisé en se tournant vers leur mère. Plus d'informations ici: La GPA aux États-Unis.

Au départ, ils pensaient se tourner vers une amie, les exigences les ont finalement amenés à se tourner vers sa propre mère comme dernier recours. Selon les déclarations de Navarro, c'est la souffrance qu'elle a vue chez sa fille qui l'a poussé à prendre cette décision. Bien que les médecins aient prédit que leur probabilité de succès ne dépassait pas 45 %, la famille a continué. Au final, l'enfant est né par césarienne sur le sol américain.

Comment la filiation est-elle établie au Pérou?

La filiation maternelle des mineurs nés d'un contrat de gestation pour autrui conçu dans le cadre du mariage est reconnue par l'accouchement. Ainsi, l'enfant sera du couple et celle qui donne naissance sera considérée comme la mère légale, sans possibilité de contestation conformément aux dispositions du Code civil (C.C.), sauf en cas d'accouchement présumé ou d'usurpation d'identité de l'enfant.

Le Code civil péruvien, dans son livre III sur le droit de la famille, art. 362º, établit qu'un enfant est présumé être du couple même si la mère déclare qu'il n'est pas du mari et ce sera considéré comme adultère.

Bien que, comme nous pouvons le voir, la filiation au Pérou incombe par nature aux époux s'ils sont mariés l'un à l'autre, il existe actuellement la possibilité que le mari puisse contester la même chose dans certaines circonstances. C'est ce que nous verrons ci-dessous, tiré de l'article 363 du Code civil:

Déni de la paternité

Aujourd'hui, le mari peut intenter une action pour refuser ou contester la paternité en vertu de l'article 363 du C.C. péruvien, intitulé Déni de paternité. Ainsi, un homme peut refuser l'enfant de sa femme s'il est prouvé par des tests ADN ou d'autres preuves de validité scientifique qu'il n'y a aucun lien paternel.

Il convient de garder à l'esprit l'article 361 du C.c., où il est indiqué ce qui suit :

Un enfant né au cours du mariage ou dans les trois cents jours suivant sa dissolution a le mari comme père.

Par conséquent, le refus de paternité est possible dans les 300 jours suivant l'accouchement. Dans le cas contraire, le mari est considéré comme le père légal de l'enfant. De plus, un mari ne peut refuser l'enfant de sa femme que dans l'un ou l'autre des cas suivants :

  1. Si l'enfant est né dans les 180 jours suivant le mariage.
  2. S'il n'est manifestement pas possible que, dans les circonstances, il ait cohabité avec sa femme au cours des 120 premiers jours dans les 300 jours précédant la naissance.
  3. S'il est judiciairement séparé de son épouse pendant la période mentionnée au point 2, sauf s'il a cohabité dans le même délai.
  4. S'il souffre d'impuissance absolue.
  5. S'il est démontré au moyen d'un test ADN ou d'une autre preuve de validité scientifique qu'il n'est pas le père biologique.

Cela implique que l'enquête de paternité en cas d'insémination artificielle de donneur ou d'hétérologue ne sera pas possible si, auparavant, le conjoint ne conteste pas la paternité pour l'une de ces raisons et obtient une sentence favorable. Dans le cas contraire, le mari est considéré comme le père légal de l'enfant.

Le cas des transsexuels

La filiation étant alors déterminée par le lien conjugal et non par la génétique, il convient de noter le cas des couples dont l'un des membres est transsexuel (une femme qui a subi l'adaptation du sexe à l'homme), puisqu'il est possible qu'ils soient parents par gestation pour autrui.

Au Pérou, la décision nº 06040-2015-PA/CT de la Cour constitutionnelle a annulé la doctrine jurisprudentielle selon laquelle le sexe est un élément immuable car il n'était donc pas possible de demander la modification de son sexe dans les documents d'identité.

Ainsi, si l'ovule du transsexuel est fécondé avec le sperme d'un donneur et implanté dans l'utérus de son conjoint (c'est-à-dire dans l'utérus de celui qui est maintenant son épouse) après le changement de sexe, sachant que la maternité est établie par le fait de la naissance, la filiation du fils serait maternelle et paternelle et donc, ils n'auraient aucun problème.

Vos questions fréquentes

Combien coûte une mère porteuse au Pérou?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

Comme expliqué dans l'article, au Pérou, la GPA n'est pas légale et, par conséquent, il n'y a pas de prix "fermés" pour ce traitement. Il n'est pas recommandé de le faire à cet endroit en raison du grand nombre de problèmes qui pourraient en résulter et qui mettent en danger non seulement la mère porteuse mais aussi le futur bébé. Par conséquent, notre recommandation est de ne pas entreprendre un traitement ainsi, ni au Pérou, ni dans tout autre pays où il n'existe aucune réglementation.

Combien coûte la procréation assistée au Pérou?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

En l'absence d'une loi détaillée sur la procréation assistée, on peut dire, en général, qu'un traitement de FIV avec les gamètes du couple ne dépasse généralement pas une moyenne de 4 ou 5 mille dollars. Les couples péruviens ont souvent recours à des traitements de fertilité comme l'insémination artificielle, la FIV avec leurs propres ovules, etc.

Rappelons que la femme qui fournit la charge génétique et la femme qui accouche doivent être les mêmes, ce qui implique que le don d'ovules n'est pas autorisé au Pérou et que, s'il était effectué, il serait illégal conformément à l'article 7 de la Loi générale sur la santé.

Y a-t-il eu des cas réels de GPA au Pérou?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

Oui, soit à l'intérieur du pays, soit dans un pays étranger comme les États-Unis. Comme mentionné ci-dessus, il existe une jurisprudence sur la gestation pour autrui au Pérou, bien que le traitement ne soit pas réglementé. Nous vous recommandons de lire la section sur la jurisprudence et les affaires antérieures présentées ci-dessus.

Je cherche une mère porteuse à Lima ou Arequipa, comment la trouver?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

Bien qu'il y ait beaucoup de femmes péruviennes qui font de la publicité sur des sites Web offrant leur ventre, il ne faut pas oublier que cela signifierait ne pas avoir de soutien juridique et, par conséquent, les risques pour toutes les parties concernées seraient nombreux. L'absence de loi affecte tout l'État péruvien, quelle que soit la ville où le traitement est demandé.

Est-ce que le Pérou est une bonne destination pour les étrangers qui ont besoin d'une mère porteuse?

Par Natalia Álvarez (directrice de babygest).

Non, pas du tout. Comme nous l'avons mentionné dans l'article, il n'existe pas au Pérou de loi spécifique réglementant la gestation pour autrui, c'est-à-dire qu'elle n'est pas interdite mais qu'elle n'est pas explicitement autorisée non plus. Cela se traduit par un vide juridique. Par conséquent, il n'y a aucune sécurité d'aucune sorte dans l'exécution de cette procédure, ni pour les citoyens nationaux ni pour les citoyens étrangers.

La rédaction vous recommande

Comme nous l'avons vu dans cet article, la gestation pour autrui n'est ni permise ni approuvée au Pérou. Cependant, il y a beaucoup de couples péruviens qui aimeraient avoir un enfant en utilisant cette technique. Si vous souhaitez découvrir les destinations, nous vous recommandons de lire cet article: La gestation pour autrui: Dans quels pays est-elle légale?.

D'autre part, une autre possibilité serait l'adoption. Pour ce faire, il faudra se renseigner sur les démarches à réaliser. Vous pouvez en apprendre plus ici: L’adoption internationale: Informations et conseils sur les démarches.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Loi général de la santé (Ley N.º 26842) (voir)

Rolando Humberto Canessa Vilcahuamán. Problèmes juridiques posés par les techniques de procréation assistée dans la législation civile péruvienne. Lima-Pérou, 2008. (voir)

Rolando Humberto Canessa Vilcahuamán. Filiation en procréation assistée. Lima-Pérou, 2011. (voir)

Tomas Zamudio Briceño. Projet de loi 1722/2012-CR. (voir)

Vos questions fréquentes: 'Combien coûte une mère porteuse au Pérou?', 'Combien coûte la procréation assistée au Pérou?', 'Y a-t-il eu des cas réels de GPA au Pérou?', 'Je cherche une mère porteuse à Lima ou Arequipa, comment la trouver?' et 'Est-ce que le Pérou est une bonne destination pour les étrangers qui ont besoin d'une mère porteuse?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Natalia Álvarez
Natalia Álvarez
Directrice de Babygest
Diplômée en Sciences de l'Entreprise par l'Universidad de Alicante. Plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de la PMA en tant que directrice de projet à Reproducción Asistida ORG. Créatrice et directrice en 2013 du premier salon de PMA en Espagne. Elle a eu l'occasion de connaitre les meilleurs professionnels, ainsi que le détail de chaque processus. En savoir plus sur Natalia Álvarez
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
Babygest Staff
Directrice éditoriale de la revue Babygest en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.