L’implantation des embryons dans l’utérus: processus et symptômes

Par (embryologiste) et (babygest staff).
Dernière actualisation: 27/02/2017

L’implantation d’un ovule fécondé, que l’on appelle déjà embryon, est le processus qui se produit lorsque l’embryon se fixe à l’endomètre (la couche interne de l’utérus). Dans un cycle de FIV, l’implantation embryonnaire a lieu après le transfert et marque le début du développement embryonnaire intra-utérin et les premiers symptômes de la grossesse.

Qu’est-ce que l’implantation d’ovules fécondés ?

L’implantation embryonnaire est le moment où l’ovule fécondé se détache de sa gaine (zone pellucide), adhère à l’endomètre et s’y installe pour commencer son développement intra-utérin.

L’embryon qui effectue l’implantation est au stade de blastocyste, qui est atteint entre 5 et 6 jours après la fécondation. À ce stade du développement embryonnaire, le blastocyste compte environ 200 à 400 cellules, que l’on peut distinguer selon deux types de cellules différents:

Trophectoderme ou trophoblaste
Ce sont les cellules de la partie la plus externe et celles qui donneront naissance au placenta et à d’autres types de structures embryonnaires.
Masse cellulaire interne (MCI)
Ce sont ces cellules qui donneront naissance à l’embryon lui-même.

En plus de ces deux types de cellules distinctes, une cavité centrale est formée, appelée blastocèle. Sur cette image, nous pouvons voir la structure du blastocyste, c’est-à-dire l’embryon préparé pour l’implantation utérine.

Pour que l’implantation ait lieu et que la grossesse se produise, deux facteurs clés sont nécessaires:

La qualité de l’embryon
la clinique de procréation assistée évalue et classe les embryons en fonction de leur qualité. Le ou les embryons (si deux embryons sont transférés) ayant le meilleur pronostic et le plus grand potentiel d’implantation sont sélectionnés pour le transfert.
La préparation de l’endomètre
pour que le ou les embryons s’implantent, l’endomètre doit être réceptif, c’est-à-dire avoir l’apparence et l’épaisseur appropriées pour la nidation de l’embryon. Pour cela, la femme doit prendre des médicaments hormonaux (œstrogènes et progestérone). Ces changements endométriaux sont ce que nous appelons la décidualisation.

Ces aspects permettent une synchronisation et une interaction adéquates entre l’utérus et l’embryon. Par conséquent, si des embryons de bonne qualité sont transférés à la femme avec une préparation endométriale appropriée, la probabilité d’obtenir une grossesse augmente.

Implantation embryonnaire étape par étape

La période d’implantation des embryons dans l’utérus féminin se compose de plusieurs phases: détachement de la zone pellucide, pré-contact et apposition, adhésion et invasion. Sur l’image suivante, nous pouvons voir les étapes de la mise en œuvre, bien que nous les expliquions en détail ci-dessous.

Détachement de la zone pellucide

La première étape de l’implantation de l’embryon est de sortir de sa coquille: la zone pellucide. C’est ce qu’on appelle l’éclosion ou hatching. Elle consiste en la rupture de la zone pellucide et la sortie de l’embryon, tant de la MCI que du trophectoderme.

Pré-contact et apposition

Approximativement entre le jour 5 et le jour 6 du développement embryonnaire, l’ovule fécondé est positionné dans le tissu endométrial et reste immobile dans cette position. Il ne dirige que le pôle embryonnaire (où se trouve la MCI) vers l’épithélium de l’endomètre. Dans cette phase, les pinopodes, projections des cellules endométriales qui aident le blastocyste à la jonction avec l’épithélium endométrial, sont fondamentales.

Les pinopodes n’apparaissent que pendant la période d’implantation (expliquée ci-dessous) et disparaissent approximativement le 24ème jour du cycle.

Adhésion

C’est le moment où les cellules du trophectoderme se lient fortement aux cellules endométriales par l’intermédiaire de molécules d’adhésion telles que les intégrines, les L-selectines, les protéoglycanes, les fibronectines, etc.

Invasion

Cela se produit habituellement à partir des jours 8 et 9 du développement embryonnaire. Peu à peu, les cellules du trophectoderme prolifèrent vers l’endomètre et parviennent ainsi à déplacer et remplacer les cellules endométriales. Ceci conduit finalement à l’invasion complète du stroma endométrial par le trophoblaste, qui s’incruste totalement dans l’endomètre.

Quand a lieu l’implantation ?

L’implantation dure environ 4-5 jours, à partir du moment où l’embryon quitte la zone pellucide (éclosion) jusqu’à ce que le trophectoderme envahisse complètement l’endomètre pour initier la formation du placenta et permettre le développement embryonnaire de se poursuivre. Généralement, l’implantation débute quand l’embryon a 6 jours de développement, c’est-à-dire environ 6 jours après la fécondation. Pour que l’embryon au stade de blastocyste adhère à l’endomètre, il est essentiel qu’il y ait une communication adéquate entre les deux, ce qui n’est possible qu’au cours de la période dite de fenêtre d’implantation qui s’étend plus ou moins du 20e jour du cycle féminin au 24-25e jour.

La fenêtre d’implantation n’est rien de plus que la période pendant laquelle l’utérus a les qualités nécessaires pour permettre l’implantation de l’embryon. C’est ce que l’on appelle l’utérus réceptif.

Les principales qualités de l’endomètre réceptif sont:

Aspect trilaminaire
à l’échographie, on peut voir trois lignes parallèles.
Épaisseur
doit être compris entre 6 et 10 mm environ.

Le passage de l’utérus non réceptif à l’utérus réceptif ne se produit que sous l’influence hormonale. Pour cette raison, il est essentiel que la femme à qui l’embryon ou les embryons doivent être transférés reçoive des suppléments d’œstrogènes et de progestérone pour permettre à l’endomètre de passer de son état non réceptif à son état décidual ou réceptif. Dans les cas de gestation pour autrui, c’est la mère porteuse qui recevra un traitement hormonal qui permettra à son endomètre de devenir réceptif et, ainsi, les embryons transférés pourront être implantés.

Symptômes d’implantation

L’implantation de l’ovule fécondé ne donne pas toujours lieu à des symptômes spécifiques permettant de confirmer que les embryons se sont implantés dans l’utérus. Cependant, il y a des femmes qui éprouvent certains symptômes ou signes les jours de nidification qui peuvent lui faire soupçonner que l’implantation a eu lieu. Certains des plus courants le sont:

  • Saignements d’implantation (saignement léger, de couleur claire et de faible intensité)
  • Douleurs abdominales
  • Poitrine gonflée
  • Envie fréquente d’uriner
  • Troubles gastro-intestinaux (diarrhée ou constipation)
  • Nausées et/ou vomissements
  • Crampes
  • Le dégoût de certaines odeurs et/ou de certains aliments

Ces symptômes sont une conséquence du changement hormonal caractéristique de la grossesse, particulièrement fort dans les premières semaines après l’implantation. On peut donc dire qu’à l’exception des saignements d’implantation et des crampes, ce ne sont pas des symptômes de nidation en soi, mais du développement embryonnaire précoce (post-implantation).

Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez lire cet article: Nidation ou règles? – Symptômes de l’implantation réussie de l’embryon

Vos questions fréquentes

Les symptômes de l’implantation d’embryons en FIV sont-ils plus graves ou plus perceptibles que lors d’une grossesse naturelle?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Les médicaments administrés pendant le traitement de fécondation in vitro (FIV) peuvent augmenter l’intensité des symptômes après l’implantation. De plus, le facteur psychologique joue un rôle important dans ce sens, car l’implication émotionnelle dans les traitements de FIV peut aggraver les symptômes ou leur sensation.

Comment se déroule l’implantation d’embryons congelés?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Quand on parle de transfert et d’implantation d’embryons congelés, on ne veut pas dire qu’ils sont transférés alors qu’ils sont congelés, mais qu’ils sont transférés après un processus de congélation et de décongélation.

Par conséquent, une fois dans l’utérus, l’implantation se déroule de la même manière, que les embryons aient été créés dans le même cycle ou qu’ils proviennent de cycles antérieurs et aient donc été congelés pendant un temps.

Peut-on implanter plusieurs embryons en même temps?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Bien sûr oui.

C’est ce qui mènerait à une grossesse multiple. Par exemple, l’implantation de deux embryons entraîne une grossesse gémellaire, l’implantation de trois embryons dans la gestation de triplets, etc.

Dans les cas de FIV, que ce soit pour sa propre grossesse ou pour une gestation pour autrui, le transfert d’un plus grand nombre d’embryons favorise la grossesse multiple.

La rédaction vous recommande

Après l’implantation, la libération de l’hormone bêta-hCG, connue sous le nom d’hormone de grossesse parce que les tests de grossesse basent leurs résultats sur elle, commence. Ainsi, si la bêta-hCG double tous les deux jours après l’implantation, nous confirmerons la gestation, alors que si son niveau baisse ou s’arrête, nous dirons qu’il n’y a pas eu de grossesse ou qu’il s’est arrêté après implantation embryonnaire. Si vous voulez plus d’informations sur le test bêta-hCG, vous pouvez lire cet article: Test de grossesse

En plus du bon état de l’endomètre, nous avons vu qu’il est essentiel que le blastocyste transféré soit de qualité. Si vous voulez en savoir plus sur la qualité des embryons, nous vous recommandons de consulter ce lien: Comment mesure-t-on la qualité des embryons ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
Babygest Staff
Directrice éditoriale de la revue Babygest en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.