Quels sont les risques de la fécondation in vitro (FIV) ?

Par (embryologiste) et (babygest staff).
Dernière actualisation: 26/08/2015

La fécondation in vitro réalisée pour un processus de gestation pour autrui suit le même processus que dans un cycle propre. La seule différence étant le transfert, puisque les embryons sont transférés dans l’utérus de la mère porteuse et non de la future mère.

Pour cette raison, les risques possibles dérivés du processus de fécondation in vitro sont les mêmes et nous allons les décrire dans cet article.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Syndrome d’hyperstimulation ovarienne

Le problème principal dérivé de la FIV vient souvent du processus précédent que constitue la stimulation du cycle ovarien. Que ce soit la future mère ou la donneuse d’ovocyte qui reçoit le traitement de stimulation, les médicaments administrés à cette fin peuvent entraîner le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO).

Ce syndrome d’hyperstimulation peut causer des douleurs abdominales et des ballonnements, de la diarrhée, des vomissements, un mal-être… Elle dure habituellement environ une semaine et les symptômes sont dus à une inflammation des ovaires. Il est également possible que le syndrome entraîne des symptômes plus intenses comme une prise de poids ou des difficultés à respirer.

Dans les cas plus graves (rares), elle peut entraîner une augmentation des liquides dans l’abdomen et les poumons, ce qui peut entraîner une augmentation de la taille de l’ovaire et entraîner une déshydratation, un essoufflement ou une douleur abdominale grave et intense.

Actuellement, la stimulation ovarienne basée sur des médicaments tels que le citrate de clomifène, l’hormone de la gonadotrophine ménopausique humaine ou l’hormone lutéinisante est rigoureusement contrôlée par échographie et/ou analyses sanguines, de sorte qu’il est possible de prévoir le syndrome d’hyperstimulation ovarienne et donc d’abandonner le traitement pour éviter cela.

Problèmes associés à la FIV

En plus du SHO, les médicaments administrés pour favoriser la maturation ovarienne et contrôler l’ovulation peuvent entraîner d’autres risques, tels que :

  • Douleur et ecchymoses légères au point d’injection des médicaments
  • Nausées et/ou vomissements
  • Gonflement
  • Douleurs abdominales
  • Sensibilité des seins
  • Augmentation des pertes vaginales
  • Sautes d’humeur et fatigue
  • Réaction allergique

Il y a aussi des risques possibles causés au moment de la ponction ovarienne, comme des douleurs pelviennes et abdominales légères. Une infection pelvienne légère à grave ou une lésion des organes près de l’ovaire peut arriver mais c’est moins fréquent.

Transfert et implantation d’embryons

D’autres risques possibles sont ceux liés au transfert et à l’implantation d’embryons dans la cavité utérine. Les principaux sont les suivants:

  • Grossesse extra-utérine : elle se produit lorsque l’embryon s’implante dans un endroit à l’extérieur de la cavité utérine comme dans l’une des parties des trompes de Fallope (isthme, ampoule, infundibulum) ou dans l’ovaire, canal cervical ou péritonéal ou cavité abdominale.
  • Grossesse multiple : Une grossesse multiple comporte plus de complications et de risques qu’une grossesse unique. Il est donc important de connaître en détail les risques du transfert de plus d’un embryon et d’équilibrer les risques/avantages de chaque situation en fonction des caractéristiques des embryons et de l’utérus de la mère porteuse.
  • Fausse couche : La perte du fœtus après l’implantation peut survenir dans environ 20 % des grossesses. Elle survient habituellement au cours des premières semaines de grossesse.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
Babygest Staff
Directrice éditoriale de la revue Babygest en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.