Quel sont les taux de succès de la fécondation in vitro (FIV)?

Par (embryologiste).
Dernière actualisation: 09/09/2015

La première naissance par fécondation in vitro (FIV) a eu lieu en 1978 et depuis lors, le succès de cette technique a augmenté grâce à de nombreuses avancées technologiques et à l’application de nouvelles méthodes.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Probabilité de réussite

Afin de déterminer les taux de réussite d’un traitement de fécondation in vitro (FIV), différents aspects doivent être pris en compte:

  • Âge de la femme
  • Si la FIV est pratiquée avec des ovocytes propres ou des ovules de donneuses
  • Si le transfert est réalisé avec des embryons frais ou avec des embryons congelés
  • Si un DPI a été effectué ou non
  • Technique de fécondation in vitro utilisée (FIV ou ICSI)
  • Clinique de la procréation médicalement assistée

De plus, lorsque vous observez ou étudiez différents taux de réussite, il est important de tenir compte de ce sur quoi le taux de réussite est défini. Ainsi, on peut parler du pourcentage de grossesse par cycle initié, par ponction ou par transfert ; ou du pourcentage de naissance également par cycle initié, par ponction ou par transfert effectué.

Compte tenu des différentes variations de chaque situation d’infertilité en fonction des caractéristiques de chaque traitement, de la cause de l’infertilité et d’autres aspects à prendre en compte, les taux ne sont pas exacts mais approximatifs.

Importance de l’âge de la femme

Au fur et à mesure que l’âge d’une femme progresse, la qualité et la quantité d’ovules diminuent et, par conséquent, le taux de succès de la fécondation in vitro est réduit.

  • Femmes de moins de 35 ans: le taux de grossesse par transfert est d’environ 43 pour cent et le taux d’accouchement par transfert est d’environ 21%.
  • Femmes âgées de 35 à 39 ans: elles ont une probabilité de tomber enceinte d’environ 37 % et un taux de natalité d’environ 16 %.
  • Femmes de 40 ans et plus: la probabilité que la grossesse arrive à terme peut tomber jusqu’à environ 7 % par transfert. Le taux de grossesse par transfert est d’environ 24%

Comme nous pouvons le constater, les taux de réussite chutent de façon spectaculaire à mesure que les femmes vieillissent, principalement en raison de la perte de la qualité de l’ovocyte. C’est pourquoi le don d’ovules est si important pour ces femmes, car il peut être la solution à leur problème d’infertilité.

En résumé, on pourrait dire que le pourcentage de naissances avec ovules propres varie de 20 à 7% selon l’âge. Par conséquent, il est conseillé aux femmes de plus de 35 ans de considérer le don d’ovules comme une option.

Les taux de grossesse varient d’environ 38 % lorsqu’on utilise ses propres ovules à 54 % lorsqu’il s’agit d’ovules de donneuses, et le taux de grossesse à terme (taux d’accouchement) passe de 22 % (ovules propres) à 32 % lorsqu’on a recours au don d’ovule.

Lorsque le don d’ovule et la gestation pour autrui sont utilisées, les taux de réussite peuvent atteindre 70 %. Cependant, dans la plupart des destinations, la gestation pour autrui n’est possible que si la mère d’intention a une raison médicale justifiable.

FIV ou ICSI ?

Beaucoup de gens préfèrent faire une ICSI plutôt qu’une fécondation in vitro conventionnelle parce qu’ils considèrent qu’en insérant le sperme directement dans l’ovule, la probabilité de grossesse augmente.

Cependant, les taux de grossesse et d’accouchement par transfert effectués par FIV sont respectivement de 39,5 % et 22,9 % et si l’on applique l’ICSI, ils sont d’environ 38 % et 22 %.

Comme nous pouvons le constater, les variations ne sont pas drastiques, mais il y a une augmentation générale lorsque la FIV est appliquée. Cependant, l’application de l’une ou l’autre technique dépendra de la cause de l’infertilité, en particulier du facteur masculin, car il existe des pathologies telles que l’azoospermie obstructive ou l’asthénozoospermie sévère qui nécessitent nécessairement l’application d’ICSI.

L’ICSI est également nécessaire lorsqu’un diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) est réalisé. Le taux de natalité par transfert dans un cycle de DPI est proche de 32,6%.

La vitrification ou la congélation des embryons peut également faire varier les taux de réussite. Ainsi, le taux de naissances par transfert d’embryons cryoconservés à partir d’ovocytes propres est proche de 18% et s’ils proviennent d’ovules de donneuses est de 22,5%. Ces taux avec des embryons frais sont respectivement de 22 % et 32 %, ce qui indique que la cryopréservation des embryons diminue légèrement les taux de succès.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.