Mères porteuses ou gestatrices: qui sont-elles?

La gestatrice est la femme qui se propose pour porter le bébé d’une autre personne ou couple pendant le processus de gestation pour autrui. Aussi appelée mère porteuse ou mère de susbstitution, il est important de rappeler qu’il ne s’agit en aucun cas de la mère du futur bébé.

Bien que chaque pays possède ses propres conditions pour acccepter ou refuser une femme comme mère porteuse, il existe une série de conditions générales que nous vous détaillons à continuation.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Conditions générales

Pour pouvoir agir en tant que mère porteuse dans un processus de gestation pour autrui, également connue sous le nom péjoratif de « ventre à louer », il est fondamental de remplir une série de conditions. Ces conditions peuvent varier d’un pays à l’autre mais en règle générale nous retrouvons :

  • Avoir plus de 18-20 ans et moins de 40
  • Avoir été enceinte au préalable et accouché sans complications
  • Être en bonne santé
  • Être préparée psychologiquement pour la gestation pour autrui

Voici les principales conditions exigées aux femmes qui veulent devenir mères porteuses, même si quelques pays établissent leurs propres conditions. Par exemple, il y a des pays où si la femme est mariée, l’accord de son mari est nécessaire.

Dans certains pays comme les États-Unis, il est indispensable d’avoir un niveau socio-économique de classe moyenne. De cette manière, on peut s’assurer que la motivation de la mère porteuse n’est pas seulement économique.

Pour vérifier que les critères soient respectés, toutes les femmes qui souhaitent être mères porteuses doivent se soumettre à des examens médicaux et psychologiques. Normalement, seul 50% des femmes candidates à mères porteuses sont admises dans le programme de gestation pour autrui.

Vous trouverez ici des informations sur les examens psychologiques auxquels sont soumises les gestatrices: Examens psychologiques de la mère porteuse.

Profil de la mère porteuse

Étant donné les conditions que nous avons énumérées auparavant, nous pouvons dire que le profil le plus commun d’une gestatrice est celui d’une femme d’entre 20 et 35 ans, déjà mère d’un enfant au moins, saine, sans casier judiciaire, et qui fait preuve d’une attitude solidaire.

Généralement, les femmes souhaitant être mères porteuses travaillent, bien que certaines soient femmes au foyer. Dans tous les cas, il est important qu’elles appartiennent à la classe moyenne, et que par conséquent leur motivation ne soit pas purement économique.

Dans certaines destinations comme les États-Unis, le choix de la mère porteuse est mutuel: la mère porteuse doit choisir les futurs parents et ces derniers doivent accepter que ce soit elle qui les aide à avoir son bébé.

À cet égard, certaines gestatrices imposent leurs limites. Par exemple, il existe des femmes qui ne veulent avoir un bébé que pour les couples homosexuels ou les personnes du même pays qu’elles.

D’un autre côté, il y a des destinations où généralement c’est l’agence de gestation pour autrui qui attribue la mère porteuse à chacun des futurs parents.

La relation des parents d’intention et de la mère porteuse durant la grossesse est également très importante. Certaines personnes deviennent réellement amis et considèrent la gestatrice comme un membre de leur famille. En revanche, d’autres considèrent que la relation doit se limiter à la courtoisie afin que le processus se passe sans complications.

Vous pourrez trouver une liste de destinations pour pouvoir bien choisir: Les destinations de GPA pour les Français.

Raisons pour être mère porteuse

Aux États-Unis, bien que la motivation financière soit présente, la somme perçue par les mères porteuses n’est pas suffisante par rapport au niveau de vie du pays. C’est pourquoi, en plus de l’aide financière, la motivation des femmes mères porteuses est surtout altruiste et solidaire.

Au Canada, la gestation pour autrui commerciale est interdite. C’est pourquoi les mères porteuses ne perçoivent aucune compensation financière. La raison pour laquelle elle se soumettent à ce traitement est strictement solidaire. Mais il est permis de leur rembourser les frais liés à la grossesse.

Dans les pays tels que la Russie, l’Ukraine, la Thaïlande et l’Inde, l’argent est la principale motivation des femmes mettant leur ventre à disposition pour porter l’enfant d’une autre personne.

Notamment en Thaïlande et en Inde où le niveau économique est bas, les femmes sont généralement pauvres. Elles voient donc dans ce processus un moyen d’offrir un meilleur niveau de vie à leurs enfants qu’elles n’auraient pas pu leur offrir autrement.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: Rétribution de la mère porteuse.

Si vous avez des doutes sur la manière de procéder pour votre GPA, vous pouvez poser toutes les questions nécessaires à notre assistante virtuelle Lucy, ainsi que visiter notre page d’informations qui vous orientera vers des cliniques, des spécialistes et diverses destinations. C’est par ici : Surrofair.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Combien touche une mère porteuse?

Certains considèrent que la grossesse est un processus qui suppose un grand effort physique, moral et social pour la mère porteuse, et qu’il est donc normal qu’elle touche de l’argent, du moment que le montant de la compensation est réglementé pour éviter tout abus ou exploitation du corps de la femme. Par exemple, à titre orientatif, en Ukraine la mère porteuse peut toucher de 9000 à 15.000€, et aux États-Unis jusqu’à entre 20.000 et 40.000€.

D’autres en revanche n’acceptent que la gestation altruiste. Dans ce cas-là, l’argent que reçoit la mère porteuse de la part des futurs parents, n’est que le remboursement des dépenses occasionnées par la grossesse (vêtements de maternité, déplacements, assurances…).

La mère porteuse peut-elle choisir d’avorter malgré l’opinion des parents d’intention?

Lors du choix de la mère porteuse, les deux parties signent un solide contrat qui déterminent et stipulent tous les cas possibles durant la grossesse, par exemple un avortement. Il est très rare, étant donné les examens psychologiques auxquels la mère porteuse est soumise, que des cas similaires se présentent. Ces examens garantissent la sécurité et l’absence de risques durant la grossesse.

Qu’est-ce qu’une mère porteuse?

Le terme de mère porteuse est communément mal employé pour désigner la femme qui porte l’enfant d’une autre personne ou d’un couple pendant le processus de gestation pour autrui. Le terme correct serait gestatrice, car elle ne sera pas la mère de l’enfant après l’accouchement.

Puis-je être mère porteuse si je suis porteuse du VIH?

Une des conditions primordiales pour être gestatrice pour autrui est d’être en bonne santé et de ne pas avoir de maladies qui pourraient présenter un risque pour la grossesse. Par conséquent, le VIH est une raison éliminatoire pour être mère porteuse.

Et si la mère porteuse change d’avis?

Si la mère porteuse éprouve des regrets avant le transfert d’embryons, le traitement peut être annulé sans problèmes, car la grossesse ne s’est pas encore produite. Le contrat signé par les deux parties au préalable doit déterminer les conséquences économiques de l’annulation, et si la gestatrice doit payer une indemnisation aux parents d’intention ou les examens auxquels elle a été soumise.

Si la mère porteuse regrette son acte durant les 9 mois de grossesse, la procédure sera celle qui a été stipulée par le contrat de gestation pour autrui.

Si le délai pour l’avortement est règlementaire, et que les parents d’intention sont d’accord, elle pourra avorter. En revanche, si l’avortement est impossible dû aux délais de grossesse, dans certains pays il est possible que les mères porteuses gardent le bébé. Dans d’autres, le recul est impossible et elle devra continuer la grossesse et remettre le bébé à l’accouchement.

Il est donc très important que toutes ces éventuelles situations soient bien détaillées dans le contrat de gestation pour autrui, par précaution.

Où chercher des informations sur les mères porteuses?

Dans la majorité des destinations où la GPA est autorisée, il existe des agences spécialisées où vous pourrez demander toutes les informations nécessaires sur les mères porteuses.

Y a-t-il des mères porteuses en France?

La GPA en France est régie par le Code Civil, qui établit clairement la nullité du contrat entre les parents d’intention et la mère porteuse :  

Toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle.

La GPA est considérée comme illégale en France et sanctionnée par la loi.

Les mères porteuses peuvent-elles garder le bébé?

Tout dépend de la destination choisie. Aux États-Unis et en Ukraine, la gestatrice est obligée par la loi à renoncer au bébé dont elle a accouché, si elle a signé au préalable un accord de GPA.

Dans d’autres pays comme le Royaume-Uni, la gestatrice a un délai de réflexion pour savoir si elle garde le bébé.

La rédaction vous recommande

Comme nous l’avons vu, le choix de la destination et la solidité du contrat sont fondamentaux pour que la GPA se déroule dans les meilleures conditions possibles. Nous vous recommandons la lecture de cet article : Le contrat de GPA.

Que l’on décide d’établir une relation d’amitié avec la gestatrice ou non il est fondamental de bien la choisir. C’est pourquoi nous vous recommandons de lire ces informations: Le choix de la mère porteuse.

Afin d’être rassurés et que la grossesse se passe sans risques, la mère porteuse doit être en bonne santé. Mais quels examens doit-elle passer? La réponse ici: Contrôle médical de la mère porteuse.

10 commentaires

  1. avatar
    Sylvie

    J’ai 33 ans et 4 enfants. Mon mari a été muté en Roumanie. Je crois savoir que la GPA y est autorisée, et je réfléchis à devenir mère porteuse parce que j’aime la sensation d’être enceinte, et si cela peut aider d’autres couples, ce ne serait que du bonheur pour moi. Vous pensez qu’à mon âge on m’autorisera à l’être ? Je ne trouve pas grand chose à ce sujet.

    • avatar
      Melanie

      Coucou,

      Je me prénomme Melanie et je pense avoir des réponses à t’apporter.

    • avatar
      Emmanuel

      Bonjour Sylvie
      Pouvez vous nous contacter sur cet e mail
      alemanu@aliceadsl.fr
      Merci

    • avatar
      David Muteba Kadima

      Sylvie, j’ai noté avec interet ton intention. En effet, je suis âgé de 46 ans et sans enfant. Depuis, un temps, j’ai pensé à trouver une mère porteuse. Je vis en République démocratique du Congo, à Kinshasa.

  2. avatar
    Karine

    Bonjour si on n’a pas été maman nous ne pouvons pas le faire, mais dans les autres pays que l’Amérique il n’y a aucun argent ?

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Karine,

      Je comprends que vous faites allusion au fait de devenir mère porteuse. On demande aux candidates d’avoir déjà eu un enfant car c’est une façon de s’assurer que la femme sait exactement ce que signifie une grossesse sur le plan physiologique et émotionnel. Par ailleurs, même si ce n’est pas une garantie absolue, si elle a déjà vécu une ou plusieurs grossesses sans complications, il est plus probable que la grossesse pour le compte d’autrui se passe bien.

      La question de la rémunération ou de la compensation financière varie considérablement d’un pays à l’autre. Ainsi, il n’y a pas qu’aux États-Unis que les gestatrices reçoivent une somme d’argent. C’est le cas en Grèce, en Ukraine, en Russie ou en Géorgie. D’autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni prévoient le défraiement de la mère porteuse, c’est-à-dire le remboursement de ses frais, dans une limite marquée par la loi.

      Si vous voulez en savoir plus au sujet de la somme que peut toucher la mère porteuse, je vous suggère de lire notre article : Rémunération de la mère porteuse.

      J’espère vous avoir répondu.

  3. avatar
    Kurtney

    Bonjour,

    Je souhaiterai être mère porteuse aux États Unis, est-ce que c’est possible et quelles sont les démarches à suivre. Merci

    • avatar
      Jessica EscuderoSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Kurtney,
      Aux Etats-Unis, il n’y a pas de législation fédérale en matière de Gestation pour autrui. Chaque Etat applique ses propres règles, en fonction des jurisprudences. On trouvera des Etats, comme le Kentucky, l’Indiana, la Louisiane et le Nebraska qui interdisent la maternité pour autrui. Et au contraire, des États où la GPA est explicitement autorisée. Parmi ceux-ci, on trouve l’Illinois, l’Arkansas et la Californie.
      Vous pouvez consulter la législation exacte sur cet article Gestation pour autrui aux États-Unis ,au cas par cas. Normalement, on demande aux candidates d’avoir déjà eu un enfant car c’est une façon de s’assurer que la femme sait exactement ce que signifie une grossesse sur le plan physiologique et émotionnel. Vous pouvez également vous renseigner directement auprès de nos cliniques partenaires :Agences aux États-Unis
      J’espère vous avoir aidée,

  4. avatar
    REGINA

    Je souhaite être mère porteuse aux États Unis. Je voudrais entrer en contact avec les éventuelles cliniques afin de soumettre ma candidature.

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour REGINA

      Comme ma collègue le répondait à Kurtney le 23 juin dernier, vous pouvez commencer par vous renseigner directement auprès de nos cliniques partenaires. Suivez le lien : Agences aux États-Unis.

      Bonne journée

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter