Relation avec la mère porteuse: avantages et législation

Dans un processus de gestation pour autrui (GPA), aussi connu comme maternité pour le compte d’autrui ou recours à une mère porteuse, deux parties se retrouvent en présence : d’un côté les parents, c’est-à-dire le couple ou la personne qui souhaite avoir un enfant, et de l’autre côté la mère porteuse ou gestatrice, qui est la femme qui mènera à bien la grossesse et mettra au monde l’enfant des parents d’intention.

Comment cela se passe-t-il entre eux ? Il n’y a pas de norme à ce sujet, pourvu que les deux parties se mettent d’accord et respectent le cadre légal du pays où le traitement a lieu. Les parents intentionnels et la mère porteuse sont libres de choisir le type de relation qu’ils souhaitent entretenir avant, pendant et après la grossesse.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Les avantages de connaître la mère porteuse

La mère porteuse est la femme qui s’occupera du bébé pendant les neuf premiers mois de son existence. Par conséquent, beaucoup de parents considèrent fondamental de la connaître. En fonction de leur décision, la relation pourra être plus ou moins personnelle.

Dans tous les cas, un premier entretien personnel entre les parents d’intention et la mère porteuse devrait toujours avoir lieu. Les avantages de cet entretien sont :

  • S’assurer que la mère porteuse a décidé librement et sans contrainte de porter l’enfant.
  • Empathie de la mère porteuse : elle peut mieux comprendre la situation d’infertilité et sympathiser avec les parents si elle les connaît. Cette situation favorise la motivation solidaire ou émotionnelle et réduit l’importance d’une motivation économique
  • Suivi de la grossesse : le contact entre mère porteuse et parents permet de suivre l’évolution de la grossesse de manière plus directe. Les nouvelles technologies (Skype, WhatsApp, Facebook…) sont d’un grand secours.
  • Diminuer ou éviter les cas de fraude et de mauvaises pratiques dans le cadre de la GPA, ainsi que le risque de possibles situations d’exploitation des femmes.
  • Remercier la mère porteuse de l’immense effort qu’elle accomplit pour que les futurs parents réalisent leur rêve.
  • Expliquer en détail à l’enfant ses origines, en lui donnant l’occasion de savoir qui est la femme qui a aidé ses parents à le mettre au monde, voire même de la connaître personnellement.
  • Plus grande transparence dans tout le processus de GPA.

Certaines gestatrices préfèrent ne pas connaître les parents intentionnels afin de réduire l’implication affective et se séparer plus facilement du bébé après sa naissance.

Quant aux parents, peu sont ceux qui refusent de connaître la femme qui va porter leur bébé. Cependant, certains argumentent qu’il leur sera plus aisé, émotionnellement, de passer par toute la procédure en se fiant au professionnalisme de l’agence.

Se lier d’amitié avec la mère porteuse

L’équipe de Babygest recommande de connaître la mère porteuse et maintenir la relation avec elle pendant tout le processus. L’intensité et la force de cette relation sont entièrement déterminées par la volonté des deux parties.

Certains souhaitent entretenir une relation constante. En effet, dans de nombreux cas les parents intentionnels, la gestatrice et le nouveau-né construisent une relation durable. Parfois, la gestatrice acquiert même le statut de ‘tante’ ou de ‘marraine’ de l’enfant.

Pour la mère porteuse, le sentiment d’abandon du nourrisson est bien moindre si elle connaît la famille qui va s’en occuper, avec la certitude qu’elle lui offrira les meilleures conditions. Elle évite ainsi les doutes et la peur d’ignorer qui va éduquer l’enfant qu’elle a mis au monde, et le risque qu’elle garde le bébé est très faible.

De plus, être en relation avec les parents leur permet de suivre la croissance du bébé.

Au contraire, les parents intentionnels et les gestatrices qui ne veulent pas avoir une relation proche se contentent du contact nécessaire au suivi de la grossesse et à la réussite du traitement.

Dans tous les cas, le plus important est que toutes les parties soient absolument d’accord. Connaître des témoignages de personnes qui sont passées par ce processus permettra à tous de se rendre compte des réalités de la situation et d’anticiper la manière de la traverser.

Vous pouvez lire à ce sujet : Témoignages de gestation pour autrui.

Que prescrit la loi de GPA ?

La GPA est une technique compliquée émotionnellement et juridiquement parlant, dont la législation varie énormément selon les destinations. La jurisprudence de chaque pays régule les relations entre parents et mères porteuses. On peut établir une distinction entre deux types de relations :

  • Entretien obligatoire : la gestatrice et les futurs parents du bébé se choisissent mutuellement suite à un premier entretien personnel.
  • Entretien optionnel : le pays envisage cet entretien comme optionnel et encourage même à l’éviter, afin de protéger les parents intentionnels d’éventuels chantages de la part de la mère porteuse.

Les agences locales sont les plus à même de connaître la réalité et les risques de leur pays respectifs. Un entretien sous la tutelle de l’agence pourrait être la meilleure solution.

Le cas des parents gays

Dans le cas des couples gays qui veulent être pères, la GPA est la seule alternative pour avoir un enfant biologique. Ils ont besoin de l’aide de deux femmes différentes pour mener à bien le processus : la donneuse d’ovules et la mère porteuse.

Dans les familles homoparentales, un lien fort se crée habituellement avec la mère porteuse. C’est la façon qu’ont les pères de suivre la naissance de près. Ainsi, ils pourront expliquer plus tard à l’enfant comment il est venu au monde.

Un jour viendra où celui-ci posera des questions à propos de sa naissance. Ses questions seront différentes de celles des enfants dotés d’un papa et d’une maman, car, en raison de leur homoparentalité, aucun de ses deux papas n’aura pu le porter.

C’est pour cette raison que connaître la gestatrice et créer un lien d’amitié avec elle aide les papas à expliquer à leur enfant son origine, dès qu’il est prêt à connaître la vérité.

La GPA pour parents gays est uniquement permise aux États-Unis et au Canada, deux destinations pour lesquelles connaître la mère porteuse est indispensable. Dans les deux pays, ce contact s’épanouit souvent bien au delà du traitement et se transforme en une véritable amitié.

De plus, les Français qui choisissent le Québec bénéficient des avantages de la francophonie, qui facilite la relation personnelle.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Est-il vrai que la relation entre la mère porteuse et les parents du bébé est très forte au Canada ?

Oui, car au Canada seule la GPA altruiste est permise. Par conséquent, les motivations principales de la gestatrice sont la solidarité et le désir d’aider les autres. Il est donc habituel qu’une amitié s’établisse entre les deux parties.

D’ailleurs, les mères porteuses ont besoin d’encouragements et d’engagement de la part des parents qui, à leur tour, se sentent profondément reconnaissants de l’aide qu’elle leur apporte.

Quand les parents et la mère porteuse ne se connaissent pas, comment s’organise le suivi de la grossesse ?

Si la gestatrice et les futurs parents ne se connaissent pas, ou s’ils se connaissent par un entretien initial mais n’entretiennent pas le contact, c’est l’agence qui servira d’intermédiaire entre les deux.

C’est pourquoi la mère porteuse devra informer l’agence à propos des contrôles médicaux et de l’évolution de la grossesse, et c’est l’agence qui transmettra les informations aux futurs parents.

Aux États-Unis, la mère porteuse connaît-elle systématiquement les parents ?

Aux États-Unis, le choix de la mère porteuse est double : c’est-à-dire que les parents choisissent la gestatrice et celle-ci doit les accepter. Il s’agit d’une sélection mutuelle.

Puis-je être en contact avec la mère porteuse pendant la grossesse ?

Cela va dépendre de la décision que les deux parties impliquées auront prise. Comme nous le commentions auparavant, certains préfèrent une relation personnelle et d’autres préfèrent garder le contact à travers l’agence ou la clinique de fertilité.

3 commentaires

  1. avatar
    Marily

    J’avoue que je ne fais pas facilement confiance aux gens que je ne connais pas, alors pour avoir mon bébé… Ça me paraît tellement important de pouvoir compter à 100% sur cette femme. Comment faire pour être sûr que la mère porteuse nous tiendra au courant de tous les évènements importants de sa grossesse?

  2. avatar
    myriam

    Bonjour, comment trouver une agence fiable au Canada, et trouver une mère porteuse ?

    • avatar
      Isabelle GuttonSpécialiste en gestation pour autrui

      Bonjour Myriam,

      Trouver une mère porteuse au Canada est souvent plus long et plus complexe que dans d’autres pays comme les États-Unis, car les agences ne peuvent pas être intermédiaires. De plus, les mères porteuses sont toujours altruistes, ce qui réduit le nombre de candidates disposées à passer par ce processus. Vous pouvez trouvez plus de précisions à ce sujet dans notre article : GPA au Canada.

      Quant au choix de l’agence, nous vous conseillons de comparer les différentes offres et surtout, avant de vous lancer, de ne pas hésiter à poser beaucoup de questions. Prenez votre temps, et choisissez l’agence qui saura vous mettre en confiance et éclaircir tous vos doutes. Nous vous suggérons une liste de questions à poser à l’agence dans notre article Comment choisir une agence de GPA ?

      Veuillez noter que nous ne pouvons pas vous proposer de noms d’agences car nous sommes un magazine en ligne et ce serait contraire à notre politique.

      N’hésitez pas à solliciter les avis de personnes dans votre cas en participant à nos forums : Forum de gestation pour autrui.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter