Par (embryologiste).
Dernière actualisation: 11/02/2019

La Gestation Pour Autrui est un processus qui rompt avec l’idée traditionnelle de la mère, puisque ce n’est pas elle qui donnera naissance à son enfant. En raison de ce changement conceptuel, il peut être difficile de comprendre et d’assimiler la GPA. Cependant, tout le monde a besoin de savoir d’où il vient, donc la meilleure option pour l’enfant est que les parents lui révèlent ses origines.

Doit-on le dire ou le cacher?

Ce sont les parents qui décident. C’est à eux de décider quoi dire à l’enfant, comment et quand le faire. Face à cela, de nombreuses questions se posent aux futurs parents à ce sujet. Parmi les plus courantes, voici quelques exemples:

  • Faut-il que je dise à mon enfant qu’il est né d’une GPA ?
  • Si je décide de lui dire, quel est le meilleur moment ?
  • Cela affectera-t-il son développement intellectuel et personnel ?
  • M’aimera-t-il de la même façon ou cessera-t-il de penser que je suis son père ou sa mère ?
  • Voudra-t-il connaître la gestatrice ou avoir une relation avec elle ?

Certaines personnes, particulièrement les couples hétérosexuels, pensent que la meilleure option est de cacher le fait d’avoir eu recours à cette technique aux proches, amis et même à leurs enfants. En revanche, les personnes seules et les couples homosexuels ont plus tendance à révéler leur véritable origine à leurs enfants.

Dans tous les cas, il peut être utile de consulter un psychologue pour enfants pour savoir quoi faire. Consulter un expert, ainsi que d’autres personnes qui ont vécu une situation similaire, peut toujours aider dans des situations difficiles.

Quand et comment doit-on lui raconter?

Le mode de vie actuel a accentué les problèmes de fertilité et a engendré de nouveaux modèles familiaux. Ces deux aspects ont permis une meilleure compréhension, acceptation et utilisation des techniques de procréation assistée.

On dit souvent que les enfants sont comme des éponges. Ils acceptent les choses beaucoup plus facilement que les adultes. Ils ne comparent pas, ils n’analysent pas les conséquences ou les causes, ils absorbent simplement l’information qui leur parvient. Si, depuis son enfance, ses parents lui ont dit d’où il venait, l’enfant l’acceptera comme quelque chose de naturel et de normal.

Ils évoluent et construisent leur personnalité à partir des informations qu’ils reçoivent de leur environnement, de leurs parents, de leurs enseignants, de leurs amis, etc. C’est pourquoi les spécialistes recommandent de ne pas cacher leur origine aux enfants nés d’une GPA.

Différentes études concernant la révélation de l’origine des enfants nés grâce à la procréation assistée insistent sur le fait que la meilleure façon est de le dire aux enfants dès leur plus jeune âge, de préférence avant 3 ans.

Tous les enfants posent des questions à leurs parents sur leur origine dès leur plus jeune âge. Dans les cas où l’enfant est venu au monde grâce à la gestation pour autrui, les parents peuvent se sentir mal à l’aise en essayant de dissiper ces doutes. Donner une réponse simple et sincère est la meilleure option.

Évidemment, la capacité de compréhension d’un petit enfant n’est pas la même que celle d’un adulte. Par conséquent, il est nécessaire d’adapter l’histoire en fonction de sa capacité de compréhension et de donner plus de détails au fur et à mesure qu’il grandit. La meilleure façon pour lui de comprendre d’où il vient, c’est à travers les contes et les histoires.

Est-il possible de mettre en péril la relation avec notre enfant ?

Les enfants accordent plus d’importance aux relations familiales qu’à la façon dont ils sont nés. Par conséquent, tant qu’ils reçoivent l’amour dont ils ont besoin de leurs parents, ils ne les aimeront pas moins parce qu’ils sont nés dans un ventre étranger.

S’ils naissent avec cette idée, ils l’acceptent et vivent avec elle. Des problèmes et des confrontations peuvent toutefois survenir lorsqu’ils grandissent. La réaction de rejet est plus fréquente à l’adolescence ou à un âge plus avancé.

Si l’origine véritable de l’enfant lui est cachée lorsqu’il était enfant et lui est révélée plus tard, il peut se sentir frustré et trompé par les parents. C’est pourquoi la révélation est conseillée dès le plus jeune âge.

Quant au développement intellectuel et social de l’enfant, le fait d’être né d’une GPA n’a pas d’influence. Cela dépendra de l’éducation et de l’amour qu’il recevra. Si les parents sont capables de transmettre leur conviction sur le fait que c’est leur propre enfant, peu importe où ils ont passé les 9 premiers mois de leur existence.

Vos questions fréquentes

Ne serait-il pas préférable de dire à son enfant quelque chose d’aussi important plus tard, quand il pourra mieux le comprendre ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Selon différentes études, il est préférable de le raconter à un âge précoce, afin que l’enfant l’accepte plus facilement. Par la suite, les parents pourront donner plus d’informations à mesure qu’il grandit. Si les origines de l’enfant sont révélées lorsque l’enfant est plus âgé, elle peut se transformer en source de confusion, d’insécurité voire même de rejet envers les parents. Tout ceci peut avoir une influence néfaste sur la relation familiale.

S’il a un père et une mère, il n’a pas besoin de savoir qu’il est issu d’une GPA, quels avantages pourrait-il y avoir à lui raconter?

Par Sara Salgado (embryologiste).

l est normal que les parents se demandent s’il est vraiment utile de dire à un enfant qu’il est né d’une GPA. C’est également le cas lorsque l’enfant est né avec don d’ovocytes, de sperme ou d’embryons, particulièrement lorsqu’il ressemble à la fois à la figure maternelle et paternelle. Dans ces cas, il est important de garder à l’esprit que chacun a le droit de savoir d’où il vient.

De plus, les parents doivent se poser les questions suivantes : Est-ce si important d’où il vient au point de lui mentir? En quoi est-ce si important qu’il soit né de sa mère ou qu’il partage les gênes de ses parents? Est-il possible que de l’avoir désiré et lui avoir donné tout l’amour du monde n’est pas suffisant?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

1 commentaire

    1. dustin

      Sara Salgado, thanks a lot for the post.Really thank you! Much obliged.