L’échographie ou IRM (imagerie par résonance magnétique) va permettre d’établir le diagnostic d’aplasie müllérienne ou anomalie MRKH. En effet, le syndrome de Rokitansky n’est pas toujours décelé au cours de révisions gynécologiques de routine.

Cliquez ici pour lire l'article complet :    61
Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.