Le syndrome d’Asherman se caractérise par la présence d’adhérences de tissu cicatriciel à l’intérieur de la cavité utérine. Ces adhérences peuvent être ponctuelles si elles sont très localisées ou, au contraire, elles peuvent s’étendre à tout l’utérus.

L’étendue et la profondeur des lésions va déterminer la gravité de l’affection, selon que les adhérences ou synéchies utérines ne touchent que la couche de cellules endométriales ou qu’elles touchent des couches plus internes.

Cliquez ici pour lire l'article complet :    51
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.