Témoignages de gestation pour autrui

La gestation pour autrui est l’une des techniques de procréation médicalement assistée les moins connues en France, surtout parce que la législation n’autorise pas sa pratique dans notre pays.

Le manque d’information fait que de nombreuses personnes conçoivent la gestation pour autrui comme une pratique étrange et peu commune, alors qu’il y de plus en plus de couples qui ont besoin de cette méthode de procréation pour réaliser leur voeu d’avoir un enfant.

C’est pour cette raison que Babygest veut vous apporter, en plus de toute l’information détaillée, des expériences réelles de personnes qui ont eu ou auront besoin dans le futur de recourir à la maternité de substitution pour avoir un enfant. L’objectif principal de ces témoignages est mettre en évidence que la gestation pour autrui est une technique qui existe, qui est appliquée tous les jours dans d’autres pays et que beaucoup de français demandent.

Problèmes de fertilité

Près de 15% des couples en âge de procréer rencontrent des problèmes de fertilité. L’application des techniques de procréation assistée peut résoudre la plupart de ces problèmes et obtenir qu’une femme tombe enceinte.

  • Absence d’utérus congénitale ou acquise (extirpation pour traitement oncologique ou autres altérations).
  • Echecs fréquents des traitements de Fécondation In Vitro (FIV) en raison d’échecs d’implantation ou d’avortements répétés.
  • Troubles génétiques, immunitaires ou qui affectent n’importe quel autre système du corps de façon à empêcher la grossesse, ou en raison desquels la grossesse peut devenir un risque pour la santé maternelle ou fœtale.

Dans ces cas-ci, le couple peut recourir à une méthode de reproduction telle que la gestation pour autrui pour avoir un enfant avec ses propres gamètes (si possible) ou avec des gamètes de donneurs. Il existe aussi la possibilité de l’adoption, même si la longueur de la procédure est souvent décourageante.

Vous trouverez dans cette section des histoires difficiles de femmes qui ont souffert une longue et angoissante attente pour arriver enfin à avoir leurs enfants dans leurs bras, grâce à d’autres femmes qui ont accepté de les porter pour elles.

Vous connaîtrez une grande variété de situations qui vous montreront que n’importe qui peut se trouver dans une situation où la gestation pour autrui devient la seule possibilité de pour avoir un bébé.

Pères célibataires et couples gays

Quand un homme ou un couple homosexuel masculin souhaitent avoir un enfant, ils peuvent adopter, s’engager dans une coparentalité ou se soumettre à un processus de gestation pour autrui.

La coparentalité est une voie compliquée, surtout parce qu’il faut trouver une femme qui veuille partager l’éducation de son enfant sans qu’il n’y ait aucune relation entre les futurs parents. L’adoption pour sa part n’est pas non plus une voie facile. Les conditions spécifiques qui sont exigées ne sont pas toujours possibles, de plus, les listes d’attente sont très longues.

La gestation pour autrui semble être l’alternative la plus appropriée pour ce type de familles, spécialement parce qu’elle permet l’utilisation de leurs propres gamètes. Toutefois, cette technique présente aussi des inconvénients, comme le coût ou l’impossibilité d’y accéder dans certains pays en raison d’une législation répressive.

Dans cette section, nous vous montrerons aussi les témoignages de familles formées uniquement par des papas. Vous pourrez savoir comment ils ont réussi à devenir parents, les obstacles qu’ils ont rencontrés dans le chemin vers la paternité, leurs joies, leurs peines…

2 commentaires

  1. avatar
    Rebecca

    Je trouve ça super de faire une section spéciale pour les témoignages, c’est toujours rassurant d’entendre les expériences d’autres personnes avant de faire un choix, c’est comme ça qu’on apprend le plus.

  2. avatar
    Romain42

    Cela fait deux ans que mon compagnon et moi avons notre petite Mia et nous sommes EVIDEMMENT les papas les plus heureux du monde 🙂 Nous avons commencé à nous intéresser à cette procédure il y a 3 ans à peu près et nous avons pris contact avec l’agence Northwest Surrogacy Center à Portland dans l’Orégon (Etats-Unis).

    Nous avons pu consulter un catalogue pour choisir une mère porteuse, et je dois avouer qu’on s’est sentis un peu bizarres de « choisir sur catalogue », mais finalement le plus important c’était de bien choisir un profil qui soit semblable au notre! Nous avons aussi sélectionné une donneuse d’ovocytes (qui pour tout vous dire était le portrait craché de ma petite soeur ha ha ha) et après une réunion avec tout le monde, et ben on a choisi de commencer le processus.

    Le plus marquant c’est sans doute le fait de ne pas pouvoir être là tout le temps pour veiller à la sécurité de notre enfant, on a passé beaucoup de nuits blanches à s’inquiéter pour notre bébé…

    Finalement tout s’est bien passé malgré toutes nos craintes, et nous avons pu rentrer avec notre petite fille saine et sauve. D’ailleurs on pense à recommencer pour lui donner un petit frère ou une petite soeur, et ce sera probablement avec la même mère porteuse.